Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:11

 

L'ortie étant une plante alimentaire, mais également médicinale, il est utile de préciser nos principales sources bibliographiques en matière de phytothérapie :


  • Phytothérapie, la santé par les plantes

Encyclopédie Vidal / Sélection du Reader's Digest, 2007.

Livre complet et d'aspect pratique, qui réunit un répertoire de 200 plantes médicinales, un dictionnaire médical et les fiches des principaux médicaments à base de plantes utilisés en phytothérapie.

Excellent ouvrage réalisé par les meilleurs médecins spécialisés en phytothérapie. Une nouvelle édition  vient de paraître.

 

 

  • La phytothérapie entre science et tradition

P. Depoërs, F. Ledoux, P. Meurin - éditions Amyris & Inspir, Bruxelles, 2002.

Ouvrage remarquable, tous publics, primé au Festival International du Livre Médical d'Amiens.

 

 

  • Encyclopédie Larousse des plantes médicinales

édition 2001. 550 plantes répertoriées

Ouvrage très complet, mais plutôt de connaissance générale.

 

 

  • Secrets d'une herboriste

Marie-Antoinette Mulot - éditions du Dauphin, 1984.

Livre écrit par la dernière herboriste diplomée en France, avant la suppression du diplôme par le gouvernement de Vichy. Il existe un nouvelle édition en couleurs.

 

 

  • Les simples du jardin de Dieu

Maria Treben - éditions Ennsthaler, 2007.

Ouvrage écrit par une guérisseuse au savoir empirique et critiquée par le milieu médical germanique. A lire avec discernement.

 

 

  • Les plantes qui guérissent 

Sophie Lacoste - Leduc's éditions, 2006.

Bon ouvrage, bon marché écrit par une journaliste spécialisée en matière de santé. A figurer dans toutes les bibliothèques.

 

 

  • Plantes sauvages médicinales

Anny Schneider - Les éditions de l'Homme, 1999.

Ouvrage sérieux, écrit par une herboriste d'origine alsacienne émigrée au Québec. Chapitre intéressant sur l'histoire de la phytothérapie.

 



Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 14:07

 

L'ortie a souvent été signalée pour son action favorable dans les maladies de peau et - plus rarement - sur le foie, les deux étant du reste liés.


Il nous semble que l'ortie reste avant tout une plante reminéralisante, ce en quoi elle peut être bénéfique à l'immense majorité de la population, car nous avons presque tous une alimentation carencée.


Les principales indications de la feuille d'ortie comme plante médicinale restent la goutte, les douleurs articulaires en général et la régularisation des règles, avec cependant quelques contre-indications (voir page correspondante Contre-indications de l'ortie ).


L'ortie étant une plante rééquilibrante, elle n'a pas d'action spectaculaire (hormis l'action hémostatique du jus d'ortie fraîche), mais agit sur la durée en assainissant les organes internes. Sa bonne teneur en zinc pourrait lui prêter des vertus dermatologiques, mais peu d'études ont été poursuivies dans ce domaine. Il nous semble que l'ortie ne saurait à elle seule guérir des troubles cutanés chroniques comme l'acné ou l'eczéma. Un jeûne périodique paraît surtout indiqué dans ce cas, ainsi que l'abandon des aliments irritants pour l'organisme (laitages, gluten...).


Par contre, l'ortie a tout à fait sa place comme plante secondaire, associée par exemple à de la bardane et de la pensée sauvage, reconnues pour leurs propriétés dépuratives. Dans le cas d'acné, c'est plutôt la racine d'ortie que l'on utilisera. Le guide Sélection/Vidal, établi par les meilleurs phytothérapeutes, ne retient pas l'ortie dans l'eczéma, mais lui attribue un intérêt en traitement de fond dans le psoriasis. Notre expérience personnelle dans cette maladie semble montrer que les crises se déclenchent surtout en cas de carence en vitamine D, qui peut donc servir de signal d'alerte d'une possible décalcification. La première chose à faire sera donc de suivre une cure de vitamine D.

Voir à ce sujet notre article link


L'huile de Neem (Azadirachta indica ) est d'un grand intérêt dans le traitement externe du psoriasis. Malheureusement, ce produit est très difficile à trouver sur le marché français, généralement obtenu à chaud, sent mauvais et ne se conserve qu'un an au réfrigérateur. 

On peut la remplacer avantageusement par l'huile de chanvre (disponible en magasin de produit bio), riche en oméga 3 dotés de propriétés anti-inflammatoires. En application quotidienne, elle soulagera efficacement les démangeaisons (3 applications par jour), mais il faudra impérativement la conserver au frais et l'utiliser dans un délai d'un an. Autre intérêt, l'huile de chanvre n'est pas irritante et on peut l'appliquer pure dans les zones sensibles (autour des yeux ou dans l'oreille).


En ce qui concerne son effet sur le foie, l'ortie agit indirectement et son action semble plutôt discrète.


 

Maria Treben (1907-1991) était une guérisseuse autrichienne, auteur de livres à succès. Son best-seller, La Santé à la pharmacie du Bon Dieu  a été vendu à des millions d'exemplaires dans une vingtaine de langues. Son savoir empirique, qui la place à l'opposé de la médecine scientifique, ne nous semble pas à dédaigner pour autant.

Elle cite l'exemple d'une femme guérie d'un eczéma associé à des migraines tenaces grâce à une cure de tisane d'ortie. De la même manière, une autre femme, qui souffrait d'un cor au pied très douloureux et d'une mycose des ongles, s'était guérie à l'aide de tisane d'ortie en cure de longue durée.

En ce qui me concerne, je me suis libéré d'une mycose de l'ongle du gros orteil réfractaire au traitement classique (et même aux huiles essentielles) de la même manière. Dans ce cas précis, la tisane doit être concentrée, infusée au moins 10 minutes, et la cure poursuivie durant au moins un an, à raison d'une grande tasse le matin. (Il est conseillé de faire des pauses régulières d'une dizaine de jours dans le traitement pour éviter l'accoutumance).

Quand la médecine va-t-elle comprendre qu'il faut commencer par traiter le terrain ?

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 19:41

L'école d'herboristerie québécoise Flora Medicina , dont nous avons déjà parlé dans notre livre Les vertus de l'Ortie
, vient de lancer des cours d'herboristerie en vidéo sur internet.

Des échantillons gratuits sont proposés sur certaines plantes comme l'ortie, le sureau, l'échinacée, le curcuma, ainsi que des rubriques sur la sécurité et les plantes médicinales et la fabrication d'une huile d'ail.

La vidéo sur l'ortie est courte (2'37"), mais bien faite.
Vous pouvez la visionner en cliquant sur le lien ci-joint. link
Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 11:32

 

On sait que les Crétois détiennent une longévité exceptionnelle, associée à une fréquence remarquablement faible de "maladies de civilisation" telles que obésité, infarctus du myocarde, diabète, cancer, ostéoporose etc.
Mais le régime alimentaire des Crétois ne se limite pas à une abondance de légumes, copieusement arrosés d'huile d'olive, assortis de quelques figues et occasionnellement accompagnés d'escargots, de poisson ou de fromage de brebis... ainsi qu'à la rareté de la viande (de chèvre et de brebis, principalement). Les vieux paysans Crétois récoltent plus d'une centaine de plantes sauvages comestibles dans la nature, dont environ 10% sont endémiques, c'est à dire spécifiques à la flore de l'île. Dans une analyse qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, François Couplan en a relevé 91, plus ou moins couramment employées.  Comme on le voit, cela ne se limite pas au pourpier, comme certains auteurs le laisseraient supposer.

Durant la terrible occupation allemande de la 2ème guerre mondiale, les représailles aux actions de la résistance furent impitoyables. Dix Crétois furent fusillés pour un soldat allemand tué et des villages entiers furent rasés. L'économie de l'île en resta exangue durant plusieurs années. Naturellement, la population se tourna vers l'ortie pour survivre. Les feuilles d'ortie adultes étaient alors bouillies, puis mélangées froides à d'autres plantes en salade.
Aujourd'hui, seules les jeunes feuilles sont consommées, crues ou cuites. Mais il faut préciser que l'espèce la plus savoureuse, la grande ortie (Urtica dioïca) est absente de l'île, où l'on ne trouve que l'ortie romaine (U. pilulifera), l'ortie à membranes (U. membranacea) et la petite ortie (U. urens). On les rencontre principalement aux abords des bergeries, où la terre est riche en matière organique.

Avec 82 kcak/100g, l'ortie apporte en effet plus de calories que la pomme de terre et elle possède l'un des taux de protéines les plus élevés du règne végétal, soit 6 à 9 g/100g, contre 1 à 2 g/100g pour la majorité des légumes cultivés. Cela sans compter sur sa richesse en vitamines et minéraux (calcium, phosphore, potassium, fer, magnésium, vitamines A et C en particulier).

Les Crétois, dont on connait le caractère libre, indépendant et hospitalier, ont trouvé dans l'ortie une alliée pour les aider à traverser les épreuves de la vie.


Source : Le véritable régime crétois, François Couplan, Fayard, 2002.link
(Le livre a été réimprimé récemment aux éditions Sang de le Terre).
Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 20:29

  • le 16 mai à St André de Lidon (Charentes Maritime)
Festi'ortie

Tél 08 75 60 35 23 ou 05 46 90 01 60
Mail : onillon.j@wanadoo.fr





  • les 29 et 30 mai à Vernet les Bains (Pyrénées O.)

Fête de l'ortie et des métiers d'antan


Marcel Callière 2 rue André Malraux 66820 Vernet les Bains

Tél 06 10 64 67 81



  • le 13 juin à Urçay (Allier)

L'Ortie et ses Amies les plantes sauvages

Tél 04 70 06 92 69

Mail : ortietsesamies@hotmail.fr





  • les 19 et 20 juin à Cahors (Lot)

Ortie LOVE

Tél 06 75 09 94 42
Mail : pcharoy@mairie-cahors.fr

Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 20:34

Comme chaque année, La Haye de Routot (Eure) organise son festival consacré à l'ortie.
 
Pour ceux qui ne sont jamais venus, ce sera l'occasion de découvrir deux des plus vieux arbres de France, des ifs millénaires (voir photo ci-dessous).

  Les Z'Orties 
samedi 27 mars et dimanche 28 mars 2010
de 10 à 18 heures.

Au programme, parcours botanique, conférences, conseils cuisine et jardinage, démonstrations, ateliers pour enfants, restaurants...

Programme détaillé sur le site des amis de l'ortie link

Entrée 4€, à partir de 16 ans.

Localisation : à 40 km de Rouen et Honfleur
Accès par l'autoroute A 13 (Paris-Caen), sortie 25 (Bourg-Achard)

Tél 02 32 57 35 74
E-mail : orfol@aol.com

SAINT-IF.gif-2.gif
Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 11:35

Le prochain festival
Orties Folies
aura lieu les
samedi 24 et dimanche 25 avril 2010
 au
Potager du Roi
 dans le parc du château de Versailles (78).


Programme détaillé avec plan d'accès téléchargeable
sur le site des Amis de l'Ortie link



Pour tout contact :
Les amis de l'ortie
Les Broches
27350 La Haye-de-Routot
Tél/Fax : 02 32 57 35 74
E-mail : orfol@orange.fr

GRANDE ORTIE FEMELLE EN FLEURS
Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 18:06
 
Quatre ans après le déclenchement des hostilités, il est utile de faire le point sur une situation qui concerne de près l'avenir de l'agriculture biologique française, tout comme la sérénité des jardiniers. Peut-on aujourd'hui fabriquer et vendre du purin d'ortie en France ?

Malgré les prétentions de Jean-Louis Borloo et de Chantal Jouhanno à réduire de 50% la quantité de pesticides utilisés par les français d'ici 2018, tout est fait pour barrer la route aux préparations à base de plantes (PNPP) seules alternatives crédibles à l'industrie chimique.  Le problème, c'est justement la puissance économique de cette dernière. Songez que, avec plus de 100 000 salariés, la France occupe la première place européenne et la troisième place mondiale en terme d'exportation pharmaceutique. Et, comme gouverner c'est faire des choix, on a décidé de sacrifier délibéremment un pan de notre économie - l'Agriculture Biologique - ainsi que la santé des jeunes générations, en pensant ainsi préserver quelques années de plus le fleuron de notre économie.

Malgré la réglementation européenne, et le vote des lois Grenelle I et Grenelle II, clairement en faveur d'un assouplissement de la législation concernant les préparations naturelles à base de plantes, la France persiste à considérer celles-ci comme des produits phyto-pharmaceutiques nécessitant une autorisation de mise sur le marché par l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments).

Comme le purin d'ortie, fabriqué artisanalement, ne peut obtenir ces autorisations coûteuses et contraignantes, sa commercialisation est donc interdite dans l'hexagone. Or, le marché français des produits biologiques est en pleine croissance. Nous sommes donc contraints d'importer ces produits alimentaires bio de pays qui, eux, autorisent les préparations naturelles à base de plantes. On connait la situation catastrophique des arboriculteurs français face à la concurrence déloyale des exploitants espagnols qui emploient de la main d'oeuvre clandestine. Il en va de même avec l'agriculture biologique. La France, qui fut pionnière dans ce domaine, est actuellement largement à la traine des autres pays européens. Il y a un manque flagrant d'harmonisation : on autorise à certains ce que l'on interdit à d'autres. Le résultat, c'est qu'en voulant préserver notre industrie pharmaceutique, on torpille les agriculteurs bio.
Il semblerait que l'Etat français compte plus sur ses ventes d'armes que sur son agriculture biologique pour redresser sa balance commerciale.
 
BIDON PURIN D'ORTIE
L'objet du délit : bidon de purin d'ortie
(acheté avant le changement de réglementation)
 
Quant aux "jardiniers du dimanche", ils ne risquent pas grand chose pour le moment, l'utilisation du purin d'ortie étant tolérée en ce qui les concerne. Mais l'interdiction demeure comme une épée de Damoclès. Elle ne se limite d'ailleurs pas à l'ortie, la prêle, la consoude et la fougère. L'huile de Neem, la plante médicinale la plus importante de la pharmacopée de l'Inde, est interdite en France, alors qu'elle rend des services inestimables en agriculture.
 
Au sujet de l'influence pernicieuse de l'industrie chimique dans le domaine agricole, je vous recommande de voir la bande-annonce choc du nouveau film de Coline Serreau Solutions locales pour un désordre global (sortie le 7 avril 2010) link et d'acheter le DVD à sa sortie prochaine. Il devrait être disponible dans le réseau BioCoop, qui est partenaire du film.
 
P.S. Voir les nouveaux développements de la "guerre de l'ortie" dans l'article suivant :
 
 
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 13:11

Ceux qui visitent régulièrement ce blog doivent trouver qu'il ne se passe pas grand'chose de nouveau depuis quelques semaines. En fait, j'ai été victime de graves problèmes de santé et j'entame depuis peu la rédaction d'un nouveau livre consacré au végétarisme, qui devrait faire sensation.

Mais je voudrais tout de même vous parler d'un livre prodigieux, la bible de l'ortie. Oui, je sais, j'ai aussi écrit un livre sur l'ortie qui n'est pas mal non plus et se vend plutôt bien. Mais là, il s'agit d'un ouvrage en anglais, paru en 2004, écrit par un professeur de biologie britannique à la retraite, également photographe, qui y a consacré quinze ans de sa vie. C'est un monument, en noir et blanc, mais on trouve les photos couleur en haute définition sur un CD Rom joint. Donc les propriétés médicinales ne sont pas traitées comme je l'ai fait, mais pour le reste, c'est un mine de renseignements. Le livre figurait déjà en bibliographie. J'en rappelle le titre :
A natural history of neetles de Keith G R Wheeler (306 pages)
ISBN 141202694-6
Il y a un an, j'avais voulu commander ce livre à la librairie anglaise WH Smith à Paris. On m'avait dit qu'il était épuisé. Finalement, je l'ai trouvé sur Internet à la librairie NHBS, qui est spécialisée en livres sur l'écologie.
Celà m'a coûté 23 £ 50 avec les frais de port (soit 28,46 € avec les frais de change), et le délai d'expédition était d'une dizaine de jours.
Quand j'aurai un peu de temps de disponible, je publierai quelques informations extraites du livre. Mais il y a déjà pas mal de matière sur le blog.

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 20:22

Le soja, une panacée ?

Le Brésil est actuellement le premier producteur mondial de soja, et la France son principal client. Ce soja, majoritairement OGM, est cultivé sur des terres gagnées sur la forêt équatoriale, à l'aide de quantité d'engrais chimiques et de pulvérisations aériennes de déserbants sélectifs du type Round Up de Monsanto. Ces épandages toxiques empoisonnent les champs des petits agriculteurs riverains et contaminent les rivières utilisées par les indiens pour se nourrir de la pêche.
L'Europe, et en particulier la France, achète du soja pour enrichir en protéines les granulés et tourteaux (résidus des graines pressées après extraction de l'huile) destinés à l'alimentation animale. La France est en effet un gros producteur de céréales, mais celles-ci sont carencées en lysine, acide aminé contenu au contraire en quantité importante dans le soja. Légumineuse riche en lipides, le soja intéresse l'industrie agroalimentaire du fait de son taux élevé de protéines.
Suite à l'épidémie d'ESB dans les années 90 et à l'interdiction de l'utilisation des farines animales dans l'alimentation des bovins qui a suivie, l'Europe s'est tournée vers le soja, devenant ainsi très dépendante de ses importations pour assurer sa production de viande.
Aujourd'hui, l'élevage de poulets de chair constitue la principale utilisation des tourteaux de soja importés en France (32 %), suivi  par l'élevage bovin laitier (29 %), celui des porcins (15 %), des bovins-viande (10 %) et des poules pondeuses (8,5 %).
Mais le soja présente de sérieux inconvénients, trop souvent passés sous silence : sa graine contient en effet des facteurs anti-nutritionnels (inhibiteurs de protéases, hémaglutinines ou lectines, acide phytique, uréase etc) qui, suivant les cas, bloquent la digestion des protéines, de la vitamine B 12, des minéraux et des polysaccharides, ou peuvent entrainer une intoxication à l'ammoniac en cas d'ingestion importante.
Pour neutraliser ces éléments toxiques, le soja doit avoir subi une transformation avant consommation (fermentation, extrusion etc), que ce soit pour l'alimentation humaine ou animale. Les asiatiques ont du reste toujours utilisé le soja fermenté.
Le soja est par ailleurs une plante riche en phyto-hormones, qui peuvent réduire les symptômes de la ménopause chez la femme, mais qui sont aussi un facteur de féminisation chez l'homme en réduisant sa production de spermatozoïdes.
Il est donc pour le moins dangereux d'avoir construit notre production animale sur une plante aussi ambivalente.


Refuser l'élevage concentrationnaire

On se limitera à aborder dans cet article les volailles, principales consommatrices des tourteaux de soja (plus de 40 % des importations). A ce sujet, on peut citer de nombreuses raisons morales pour refuser l'élevage des poulets de chair et des poules pondeuses en batterie : surpopulation, inconfort, bruit, stress permanent, manque d'hygiène (salmonelloses chroniques), débecquage...
La compassion chrétienne incite à refuser ce genre ce traitement aux animaux, tandis que la doctrine bouddhiste estime que manger la chair de tels animaux génère un  mauvais karma.

Comment peut-on vivre sainement en mangeant la chair d'animaux qui ont souffert toute leur vie dans un univers concentrationnaire ? Un minimum de réflexion conduit en effet à penser que la souffrance subie par l'animal se transmet inévitablement à celui qui en consomme la chair dénaturée. Dés lors, n'est-il pas nécessaire de boycotter les poulets et œufs de batterie, non seulement à la maison, mais dans les plats préparés, au restaurant, à la cantine ? Mis à part dans la restauration haut de gamme, il faut savoir en effet que la grande majorité des poulets et œufs utilisés proviennent d'élevage de batterie. Et il ne faut pas s'attendre à manger autre chose dans un fast food.
Est-il vraiment nécessaire de consommer autant de viande, et de si piètre qualité ? Ne vaut-il pas mieux réhabiliter les légumes secs, excellentes sources de protéines, et ne consommer une volaille fermière que le dimanche comme le faisaient nos ancêtres ?
Car il existe des volailles bio ou élevées en libre parcours, qui ont mené une vie à peu près normale, contrairement aux poulets de batterie qui n'ont jamais vu un brin d'herbe de leur vie.
En ce qui concerne les poules pondeuses, seuls les œufs bio (code 0) et ceux issus de poules en libre parcours (code 1) sont acceptables.


L'ortie remplace avantageusement le soja

L'ortie n'a rien à envier au soja. La feuille d'ortie sèche contient le même pourcentage de protéines que la graine de soja. En ce qui concerne les sels minéraux, l'ortie est largement gagnante, puisque le taux de calcium des jeunes feuilles séchées est dix fois supérieur, quatre fois pour le fer. La teneur en magnésium est également très supérieure chez l'ortie.
Alors que le soja a une teneur très élevée en purines, génératrices d'acide urique, qui favorise les maladies rhumatismales et les troubles rénaux, l'ortie soigne au contraire ces maladies, car elle est l'une des meilleures plantes médicinales pour éliminer l'acide urique et combattre la goutte qui en résulte.

Parmi les volailles, il en est une dont la croissance est particulièrement délicate, il s'agit du dindon. Ayant des besoins importants en fer au moment du développement de leur crête, les dindonneaux étaient traditionnellement nourris d'orties hachées durant deux semaines à cette époque. On retrouve cette pratique dans toute l'Europe.
Il est notoire également que les feuilles d'ortie activent la ponte, comme en témoigne le proverbe : " Une ortie dans le poulailler, c'est un œuf de plus dans le panier ". Comme tous les oiseaux, la volaille apprécie beaucoup les graines d'ortie à l'automne. Et l'ortie renforce par ailleurs les défenses immunitaires de la volaille.
Mais l'ortie a aussi un intérêt indirect pour l'éleveur avicole, c'est la grande diversité d'insectes attirés par cette plante. Car ces insectes font partie de l'alimentation naturelle des poules, ils sont riches en protéines et permettent d'obtenir des jaunes colorés, presque oranges, que l'on ne rencontre que chez les œufs de poules élevées en libre parcours. Non seulement les volailles peuvent manger des feuilles d'ortie à leur guise, mais elles trouvent tout un garde-manger sur les feuilles.
On voit tout l'intérêt pour l'éleveur avicole de semer de la petite ortie (Urtica urens) dans les enclos réservés à sa volaille. D'autant plus que la petite ortie apprécie beaucoup le fumier de volaille. Mais il faut savoir qu'une fois installée, elle ne quittera plus les lieux.

Dans notre livre " Les vertus de l'ortie ", nous avons suggéré de développer la culture de l'ortie en Bretagne, où la plante, vorace en fumure organique, pourrait bénéficier des surplus de lisier, qui provoquent les marées vertes sur le littoral. Nous avions oublié les élevages avicoles. Mais la méthode que nous préconisons, si elle réduit le coût de l'alimentation des volailles et le temps de travail de l'éleveur, est mieux adapté aux élevages en libre parcours, plus respectueux de l'animal, qu'aux élevages en batterie que nous dénonçons.


Question subsidiaire : Savez-vous quel est le plus gros bénéficiaire français des subventions de la Politique Agricole Commune entre octobre 2007 et octobre 2008 ?
Le géant de la volaille Doux, avec 62,82 millions d'Euros, suivi par toute l'industrie sucrière et un autre exportateur de volaille 1er prix : Tilly-Sabco (20,52 M€).
En somme, l'Europe récompense la cruauté érigée en art de vivre et les usines qui fabriquent des diabétiques et des obèses à la chaine.
Il y a quelque chose de vicié dans le système !


Bibliographie sommaire :

  • Hubert Prolongeau - Amazonie une mort programmée ? Éd. Arthaud, Paris, 2009.
  • Aurélie Billon, ENESAD ; Emmanuelle Neyroumande, Cyrille Deshayes, WWF-France - Vers plus d'indépendance en soja d'importation pour l'alimentation animale en Europe - cas de la France - Janvier 2009
  • Eric Darche - Protéines mode d'emploi. Nexus n°62, mai-juin 2009.

Cet article a été repris et développé dans notre nouveau livre en ligne : Être végétarien, le bon choix ?  (format PDF, pages 53 à 70).
Cliquer sur le lien  link

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact

Archives