Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 10:04

 

Aux amis de l'ortie, on s'intéresse principalement au purin d'ortie comme stimulant phytosanitaire du jardin, ainsi qu'à ses propriétés gastronomiques. On préfère oublier les services que l'ortie a rendu à l'humanité comme aliment de famine, comme si c'était une maladie honteuse. Or, c'est justement parceque l'ortie a sauvé nos ancêtres de la mort qu'ils ont vénéré cette plante. En effet, à de nombreuses reprises au cours de l'histoire, la nourriture est venue à manquer à la fin de l'hiver, lors de guerres ou autres évènements tragiques. L'ortie était alors le seul aliment disponible, avec quelques autres plantes sauvages de moindre qualité nutritive. Dans l'Europe du nord, où les hivers sont longs et rigoureux, on appréciait d'autant plus les jeunes pousses d'ortie en mars-avril, bien avant les premières récoltes de printemps. Il me semble que, pour cela, l'ortie mérite notre éternelle reconnaissance, car, qui sait si nous ne connaîtrons pas un jour la disette à notre tour. Et si cela devait arriver, nous serions bien contents de trouver des orties pour survivre.

 

Dawa Tamang est un népalais rempli de compassion, qui a consacré sa vie à la scolarisation d'enfants défavorisés. Il n'a pas oublié qu'à l'âge de 14 ans, il s'est perdu en montagne, et que, pendant 18 jours, il n'a dû sa survie qu'à la soupe d'ortie qu'il se préparait. Involontairement, il a marché sur les traces de Milarepa.


Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 21:45

 

L'antiquité  gréco-romaine associait l'ortie à la planète Mars et au signe du Bélier . On en retrouve une indication dans l'Art Culinaire d'Apicius, grand chef de cuisine romain du Ier siècle après J.C. A la Renaissance, Paraclese lui adjoindra également la planète Mercure.

 

Comme plante piquante et tonifiante, l'ortie favorisait en effet les exploits sportifs ou guerriers, en rapport avec le symbolisme de la planète Mars. Les Vikings, qui vénéraient l'ortie, ne s'y étaient pas trompés. Les scandinaves ont du reste maintenus ces traditions jusqu'à aujourd'hui (soupe d'ortie, urtication...).

 

Tous les peuples d'Europe du nord, et même les grecs de l'antiquité, considéraient l'ortie comme un tonique de printemps. Or l'équinoxe de printemps est justement marquée par l'entrée du Soleil dans le signe du Bélier. Cette position s'appelle le point vernal. Associée au premier signe du Zodiaque, l'ortie est d'ailleurs la première herbe comestible à pousser au début de l'année, et donne un excellent fourrage, bien avant la luzerne.

Curieusement, les moutons, et donc les béliers, ne consomment pas l'ortie verte sur pied, contrairement aux chèvres.

Dans la tradition hindoue, l'ortie est associée au dieu védique Agni, qui est l'incarnation du feu rituel et a pour monture un bélier.

 

Mais la planète Mars est aussi le Maître du signe du Scorpion, où elle est en domicile nocturne. D'après la tradition astrologique, ce signe est en rapport avec les organes génitaux, et effectivement, l'ortie possède des propriétés aphrodisiaques en urtication locale, ainsi qu'en usage interne par sa graine. Par ailleurs, sa racine soigne l'hypertrophie bénigne de la prostate. En ce qui concerne l'ortie, le symbolisme astrologique est donc parfaitement vérifié.


Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 16:19

 

L'ortie tient une grande place dans les traditions populaires des peuples de l'Himalaya.

 

Milarépa (1040-1123), le saint le plus vénéré par les tibétains, lui a dû sa survie alors qu'il séjournait dans une caverne durant 12 ans. Ses provisions étant taries, il fut contraint de s'alimenter exclusivement d'orties durant plusieurs années. Tout d'abord cuites, il les mangea ensuite crues lorsque son pot en terre cuite fut cassé. Il survécut ainsi, squelettique, mangeant "cette nourriture sans saveur", "plus appropriée pour les chiens ou les cochons". Intérieurement, il prit la nature de l'ortie (ainsi qu'il le rapporte dans ses mémoires), extérieurement, sa peau et ses poils devinrent verts tels une chenille, effrayant les chasseurs de passage qui le prenaient au premier abord pour un fantôme. Certains de ceux-ci le malmenant en payèrent rapidement le prix lourd, sans qu'il ait cherché à leur nuire d'une quelconque façon..

Ayant accompli de mauvaises actions par le passé, Milarépa devait purger ainsi son karma, dans le dénuement le plus complet, et atteindre le statut de bodhisattva, un être qui vient dans le monde pour le salut des créatures vivantes. Milarépa est à l'origine de la lignée des Kagyupa, la voie de la transmission orale dont descendent les Karmapas.

Aujourd'hui encore, il subsiste une bande d'orties qui descend comme un long ruban vert depuis la caverne où il vécut, vers la vallée en contrebas, tel un symbole évocateur.

 

Par ailleurs, le mont Kailash, haut lieu de pélerinage du Tibet occidental, est lui aussi étroitement associé à l'ortie, ainsi qu'on le verra plus loin.

Montagne pyramidale impressionnante de 6714 m de haut, invaincue par les alpinistes, ses pieds sont baignés par deux lacs que fréquent des oies sauvages et où quatre fleuves prennent leur source, parmi lesquels l'Indus et le Brahmapoutre. Ce site froid et désolé est vénèré par les fidèles de quatre religions différentes : hindouisme, bouddhisme, jaïnisme et bô (l'ancienne religion du Tibet).

Les hindous considèrent le mont Kailash comme l'axe du monde, le mythique mont Méru et la demeure de Shiva et Parvati.

Les bouddhistes en font le centre de l'univers. Milarépa le considérait comme le lieu le plus puissant, béni et merveilleux sur Terre, dont le pélerinage est le plus bénéfique qui soit.

Les jaïns considèrent que le premier prophète de leur religion y a atteint la libération (mukti).

Pour les adeptes du Bô, le mont Kailash est un lieu privilégié de contact entre la Terre et le Ciel.

Quel est donc le rapport entre Kailash et l'ortie ?

Tout simplement, ses flancs sont bordés  de denses massifs d'orties. Du reste, les pélerins qui accomplissent la périgrination de 52 km une ou plusieurs fois, à pied ou à plat ventre sur le sol glacé, se nourrissent principalement de feuilles et de graines d'orties. Cela confirme la réputation de l'ortie comme plante favorisant la chaleur interne du corps. C'est sans doute aussi pour les pélerins l'occasion d'imiter le saint homme qu'ils vénèrent en faisant oeuvre de pénitence. Les tibétains sont en effet un peuple profondément spirituel.

 

Les orties que l'on trouve dans la région sont du genre Urtica (hyperborea et parviflora ). Dans les hautes vallées du proche Népal, les paysans utilisent une cousine, allo (Girardinia diversifolia ), l'ortie géante de l'Himalaya, comme remède populaire, mais surtout pour sa fibre rèche et résistante, qui sert à confectionner des sacs et des sangles de portage. 

Éric Valli signale par ailleurs que les paysans du Dolpo (nord-ouest de l'Himalaya népalais) consomment l'ortie fraîche en soupe.

 

Oubliée par les médecines ayurvédique hindoue et traditionnelle chinoise, l'ortie est très employée par la médecine populaire en Chine et au Népal. Le bon sens populaire dépasse ainsi parfois les savants systèmes médicaux.

 


Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 21:03

 

Un reportage de l'émission Des racines et des aîles a traité de l'histoire des bains de mer, ce mercredi 19 mai sur France 3.


On y apprend qu'au début du XXème siècle, les maillots de bain - qui couvraient jusqu'alors tout le corps des femmes - commencent à découvrir les jambes, les bras et parfois le décolleté. La promiscuité des sexes scandalise et la presse conservatrice fustige les libertins de Deauville ou de La Rochelle. En 1915, sur certaines plages, la population puritaine va jusqu'à fouetter avec des orties les corps trop découverts.

Il n'était alors pas question pour une femme respectable de montrer ne serait-ce que ses chevilles.

Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 14:09

 

Les propriétés médicinales de l'ortie ne sont pas inconnues des scénaristes de Hollywood. Ainsi, dans un western de 1976 intitulé Josey Wales hors-la-loi , le héros incarné par Cleant Eastwood - qui est aussi le réalisateur du film - déclare à un adolescent blessé par balle :

" Si tu recommences à saigner, je viendrai frotter tes blessures avec une botte d'orties ! "

Ce qui peut paraître une boutade au spectateur mal informé est en réalité une vérité un peu oubliée. L'ortie fraîche possède de puissantes propriétés hémostatiques, étant capable d'arrêter les saignements rapidement. Cette propriété a été mise en pratique par les médecins du passé comme Cazin ou Leclerc, sous forme de jus de feuille d'ortie fraîche absorbé (pour les règles trop abondantes et les hémorragies internes) ou de compresses de feuilles d'ortie broyées appliquées sur les blessures.

Effectivement, avec la pierre d'alun, la feuille d'ortie fraîche est l'un des meilleurs hémostatiques.

 

On trouve également une scène d'urtication (flagellation avec des orties) dans le Satyricon de Frederico Fellini (1969). En effet, les romains utilisaient l'urtication sur les fesses, les cuisses et les parties génitales dans le but de stimuler l'acte sexuel, comme le Viagra d'aujourd'hui. 

Satyricon , qui eut beaucoup de succès à sa sortie, dans le contexte de la libération sexuelle de l'époque, apparaît aujourd'hui complètement décadent et même assez pervers. Décidemment, je n'ai jamais eu beaucoup d'attirance pour la civilisation romaine, fondée sur la domination par la violence et le pillage des ressources naturelles des pays occupés.

 

poils urticants

 

 

Sans rapport direct avec l'ortie, utilisée ici plutôt comme symbole d'un enfant sauvageon, on peut citer le téléfilm Graine d'ortie  de Yves Allegret (1973), d'après le roman de Paul Wagner. La belle chanson du générique est chantée par Sylvie Vartan.


Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:23

 

Anny Schneider est une herboriste québécoise d'origine alsacienne, qui s'est forgée une certaine réputation dans son pays d'adoption. Elle est l'auteure de 4 livres à succès et revendique 30 ans d'expérience dans la pratique des plantes médicinales.


Elle a écrit ce poème sur l'ortie :


 

Paroles d’ortie

 

L’ortie, mon amie, m’a dit tout ceci :

« Que je vienne d’Europe ou d’Amérique,

Brûlante, dioïque, des bois, laportée, gracile ou urticante,

Que je chatouille à peine ou que je brûle franchement,

Dans mon essence, je suis presque toujours la même,

Bénéfique pour la plupart des animaux à sang chaud.

Plusieurs d’ailleurs, aiment me dévorer toute crue,

C’est pour ça qu’assez vite je me suis pourvue

De fines aiguilles gonflées d’histamine, d’acides formique et gallique,

Pour survivre au passage, à l’appétit des herbivores les plus stupides.

 

Les derniers arrivés dans l’évolution, et les plus finauds

Que sont les primates à deux pattes, parce qu’ils parlent eux, et se sont donné le mot,

Car depuis des siècles, ils se sont transmis les secrets de mes utilités.

Les plus intelligent (e) s, bien sûr, ont même appris à me reproduire

Dans leurs espaces et dès le printemps,

Ils m’apprêtent comme il faut pour regéner leur sang

Avec mes plus tendres pousses vertes, celles des extrémités.

Un peu plus tard l’été, quand minéraux et cristaux saturent mes canaux,

Ils savent me préparer en bouillon bien dosé, pour nettoyer leurs rognons encombrés

Et surtout, à leurs mâles fatigués, restituer leur vigueur et virilité et les rendre plus actifs.

Plus tard, mes fleurs et graines surtout, produisent de bons gras essentiels et une farine nutritive,

Qui nourrissent les glandes autant que les cheveux, des hommes comme des chevaux.

 

Les femmes avisées de jadis, savaient tisser des étoffes résistantes de mes fibres cardées

Et Milarepa le sage du Tibet, pour qui j’étais parfois l’unique aliment,

Brillait, grâce à moi, d’un  beau hâle vert phosphorescent.

Même Le grand Victor Hugo dans ses Misérables m’a célébré pour mes moult utilités !

 

Moi l’ortie, une autre de ces plantes pensantes, plus précise parfois qu’un ordi,

Je repère et cible précisément ce qui, d’urgence vraiment, doit être évacué prestement.

Avec les reins et leurs chutes comme émonctoires privilégiés

Je rétablis aussi, quand c’est demandé, par ma sagesse moléculaire intrinsèque,

Jusqu’aux principaux sièges régénérateurs des globules rougeoyants,

Rate, foie et surrénales qu’on appelle aussi les mères du sang.

 

Justement, comme une maman bienveillante je suis, moi la bonne vieille ortie,

Houspillant au passage la chair en surface, je fais ainsi dériver le sang

Du foyer douloureux pour faire diversion salutaire,

Ramenant chaleur et force, là où il le faut,

En renforçant les rognons, la ceinture et ce qui la sous-tend

Et en restituant son feu au sang,

Je suscite ardeur et courage, et parfois même, je sers à agrandir une famille au bon moment,

Sinon par mes effets alcalinisants, à purifier celui des ados et aînés fatigués.

 

À vous qui contribuez à me protéger, à me reproduire et à me célébrer,

Du fumier des ruminants à la vigilance du jardinier qui m’aura amendé,

Si vous savez me cueillir, me préparer et me prendre adéquatement,

Je saurais vous remercier, bien autrement que superficiellement,

Finalement,  en douceur, en force et en profondeur,

Par-delà mes aiguillons acérés, parole d’ortie, promis, juré ! »

 

Anny Schneider,

Auteure et herboriste, Shefford, Québec Canada

 


Annyortiestjo.JPG

 

Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 17:41

PROVERBES

Proverbe français :

Une ortie dans le poulailler,
c'est un œuf de plus dans le panier.


Proverbe hongrois :
L'éclair ne terrassera pas l'ortie.


Proverbes irlandais :
En mai, trois bons repas d'orties
écartent
toutes les maladies.

Si vous buvez du bouillon d'ortie le premier mai,
vous n'aurez pas besoin d'un docteur jusqu'à votre mort.



Proverbes allemands :

Manger du gâteau aux orties le 1er janvier,
pour s'assurer d'une bonne année.


Manger des orties en légumes le Jeudi Saint,
protège des besoins d'argent pour l'année à venir.

Manger des crêpes aux orties pour la Saint Jean,
et être invulnérable aux sortilèges des ondines et des elfes.

Tenir cinq feuilles d'orties dans la main,
pour rester libre de la crainte et l'esprit frais.


Dicton japonais :
On peut trouver Dieu dans une ortie.


CITATIONS

Devinette :
Elle brûle et n'est pas du poivre, elle cuit mais ce n'est pas le feu, elle pique et ce n'est pas le serpent.
Rolland


Au printemps du moins, quand l'ortie commence à pousser, elle est un aliment agréable et même d'observation religieuse aux yeux de beaucoup, qui doit préserver des maladies pour l'année entière. La racine aussi des orties sauvages attendrit toutes les viandes avec lesquelles on la fait cuire.
Pline l'ancien, Histoire Naturelle, XXI, 92


Que peut-il exister de plus odieux que l'ortie ? Pourtant, outre l'huile qu'on en tire en Egypte, elle procure un grand nombre de remèdes...
Pline l'ancien, Histoire Naturelle, XXII, 13.


L'ortie, aux yeux du peuple herbe si méprisable,
Tient dans la médecine une place honorable.
Précepte de l'école de Salerne


Une plante cadeau de Dieu.
Albrecht Dürer


Tu respecteras l'ortie diabolique ; elle t'apporteras le bien.
Paracelse


Les chameaux semblent préférer aux herbes les plus douces l'absinthe, le chardon, l'ortie et les autres végétaux épineux.
Buffon


Après l'âne réhabilité si éloquemment par Buffon, je ne sais rien au monde de plus calomnié que l'ortie.
H. Bertoud


Sois glorieuse, ma fille : voici un savant qui, pour tes beaux yeux, jette la science aux orties.
Jules Sandeau


L'ortie est sans doute la seule plante que tout le monde connait car sa poignée de main est inoubliable.
Künzle (curé herboriste suisse)


Quand l'ortie est jeune, la feuille est un excellent légume ; quand elle vieillit, elle a des filaments et des fibres comme le chanvre. La toile d'ortie vaut la toile de chanvre. Hachée, l'ortie est bonne pour la volaille ; broyée, elle est bonne pour les bêtes à cornes. La graine d'ortie mêlée au fourrage donne du luisant au poil des animaux ; la racine mêlée au sel donne une belle couleur jaune. C'est du reste un excellent foin que l'on peut faucher deux fois. Et que faut-il à l'ortie ? Peu de terre, nul soin, nulle culture. Seulement la graine tombe à mesure qu'elle mûrit, et est difficile à récolter. Voilà tout. Avec quelque peine qu'on prendrait, l'ortie serait utile ; on la néglige, elle devient nuisible. Alors on la tue. Que d'hommes ressemblent à l'ortie !
Victor Hugo Les Misérables 1,5,3


Toutes les qualités que présente cette humble plante ont été méconnues, il semble que le créateur en ait fait pour l'homme un objet repoussant et qui lui inspire toujours de la méfiance.
Michotte (1895)


La plus grande bienfaitrice du règne végétal.
Rudolf Steiner



Un médecin signala un jour dans une émission radiophonique que l'ortie est au nombre des plantes médicinales les plus efficaces que nous possédons. Si les hommes savaient à quel point elle peut être utile, ils ne planteraient plus que des orties. Malheureusement, la majorité des hommes semble l'ignorer.
Maria Treben


Ne devons-nous pas remercier Dieu d'avoir mis sur notre chemin une plante médicinale aussi efficace ?
Maria Treben



Les feuilles d'ortie dioïque ont un réel effet diurétique, favorisant l'élimination de l'urée, des ions chlore et de l'acide urique.
Loïc Girre



En cas de doute, donnez de l'ortie.
David Hoffmann (herboriste californien)



Une cuillère à soupe de graines d'ortie par jour éloigne le médecin.
Henriette Kress (herboriste finlandaise)


J'ai souvent vu, dans les classes avec lesquelles je travaillais, des enfants prétendument réfractaires aux légumes se délecter de soupes d'ortie et de salades sauvages !
François Couplan


Croyez-moi, s'il ne fallait garder qu'une seule plante sur terre, je souhaiterai que ce soit l'ortie.
François Couplan


Dans ce monde d'apparences
Je suis la mal-aimée.
Que l'on me frôle, je pique.
Ensuite je réconforte.

Anonyme


Les orties poussent hors de tout enclos,
avant la naissance de la propriété privée.
Alors règne un titre plus authentique à posséder la terre,
et qui vient des dieux.
François Regnault


Puissent les pages qui suivent, simple écho de ces textes lointains, justifier la place de cette mauvaise herbe au premier rang de nos simples et valoir à la vilaine ortie, qui nous aime autant qu'elle nous châtie, quelques regards d'amitié au prochain printemps.
Pierre Lieutaghi

Repost 0
Published by ISISRET - dans Culture
commenter cet article

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact