28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 15:13

  • Festival "Les Z'Orties"
Le dimanche 6 avril 2014 aura lieu le festival Les Z'Orties à La Haye-de-Routot (entre Rouen et Honfleur). Info au 02 32 57 35 74 www.lahayederoutot.com Entrée 4 € - gratuit pour les enfants de moins de 16 ans ; avec la présence de Gilles-Eric Séralini à 15 h (voir programme détaillé après l'affiche).
  • Orties Folies
Le festival Orties Folies se tiendra les samedi 8 et dimanche 9 juin 2014 à Urçay (Allier). Thème : "Échanges et résistances autour des simples" avec Gilles Clément, Bernard Bertrand et Eric Petiot. Renseignement auprès de Madeleine Hamon, dentellière, au 04 70 06 92 69.

Programme du festival Les Z'Orties 2014

Programme du festival Les Z'Orties 2014

Communiqué de Michèle Lesage, l'organisatrice :

Les Z’Orties, festival piquant qui vous dit tout sur les usages de l’Ortie et des Plantes Sauvages
Dimanche 6 Avril de 10 à 18 h à La Haye-de-Routot, Eure
avec Gilles-Eric Séralini, l’auteur de ‘‘Tous cobayes’’ !

Cette 19e édition se déroulera dans ce petit village, célèbre pour ses arbres de 1500 ans, ses festivals “piquants”, son four à pain, son musée du sabot, son jardin d’herbes sauvages. Et l’on sait maintenant que, les années paires, le festival “les Z’Orties” prend le relais d’Orties Folies !

Les Z’Orties, c’est de la malice et du piquant pour réagir à “la crise” ! …
L’ortie et les plantes sauvages, ça donne de l’énergie, et puis, on “ fait les courses” dans la Nature ! Et si les grands Chefs les cuisinent, c’est qu’elles ont des saveurs intéressantes ! Leurs autres usages ? nous maintenir en bonne santé, fertiliser le jardin et le verger, nourrir nos animaux… et maintenir la biodiversité. MAIS : comme l’ortie est gratuite, on la méprise !!!

S’informer en s’amusant : les Z’Orties, tout un programme !
Démonstrations, conseils, conférences, dégustations, librairie et marché à thème, ateliers pour les enfants … Le Festival nous réconcilie avec des herbes dont on nous avait dit qu’elles étaient “mauvaises et inutiles” et que l’on nous a conseillé de détruire, à grands coups de produits dangereux pour notre santé et tout ce qui nous environne. Heureusement, aujourd’hui, ‘’à la lumière de la science’’, on redécouvre leurs multiples bienfaits.

La Tribune Ortie : de la fourche … à la fourchette !
Vos questions sur l’ortie et ses usages trouveront leurs réponses auprès de passionnés : une ‘’ortie blanche’’, c’est une ortie ou pas ? comment on fait la soupe d’orties, l’infusion, le ‘’purin d’orties’’ ??? Les jeux ‘‘la ronde des saisons’’ et ‘‘quelle est cette plante’’ amuseront grands et petits.

Et encore : conseils de Gérard Farcy, le malicieux jardinier de France Bleu Haute-Normandie, démonstrations de fabrication d’extrait d’ortie, improprement appelé “purin d’ortie”. Gérard Mallet, le “sauveur” du chou de Saint Saëns, aura apporté ses plants de chou à repiquer.

Côté fourchette : conseils cuisine et démonstrations avec Denis Leblond, et les Chefs Jacques Thierry et Olivier Delacroix. Allez “piquer” leurs recettes et tours de main !

Pour déjeuner, deux menus et des formules rapides :
Sous la halle, menu concocté par Jacques Thierry et Olivier Delacroix sur le thème du festival. A cent mètres du festival, la Brasserie des Ifs vous accueillera pour un menu plus classique. Sur le marché du festival les producteurs vous proposent des formules ‘‘sur le pouce’’ : assiette d’escargots bio à l’ortie, sandwich ou saucisse grillée, assiette de frites, et les crêpes bio de Laurence…
Au Bar-à-Thym vous trouverez boissons, sirops artisanaux chauds ou froids, café, thé, gâteaux …

Non-stop, les démonstrations :
Greffage et soins aux fruitiers, par l’Association Pomologique de Haute-Normandie. Le vannier Philippe Guérinel tressera devant vous ses superbes paniers périgourdins. Et, près du Musée du Sabot, les métiers du bois : les cannes sculptées d’Alain Neveux, pour les randos, les “dentelles” de bois de Franck Ruhlman, les râteaux à foin de Michel Lemonnier, les poteries de Jacques Dubreuil, et da fabrication du torchis par Maisons Paysannes de France.
Au Musée du Sabot, Alphonse Mourtoux actionnera la machine née en 1920 qui fabrique les moules des chaussures. Alphonse est un phénomène, à rencontrer absolument.
Au Four à pain : démonstrations de cuissons de pains, pain à l’ortie, tartes, brioches, teurgoule…

Musique : vous aurez grand plaisir à découvrir le jazz ds «Papys fous», qui animeront le festival, dans la tente 2 et en balade dans le festival.

Pour les Enfants : jardinage avec Magalie, modelage avec Jacques Dubreuil, et à 15 h pétrissage au Four à pain.

Côté plantes sauvages : rencontrez le botaniste Claude Lobruto, au milieu de sa cueillette de plantes sauvages. Partez faire une Balade ‘‘verte’’ pour repérer les plantes sauvages : à 11 h, 14 h et 16 h 30. 2 km maximum. Durée 45 mn. Sans inscription.

Marché à thème : environ 60 exposants proposent leurs produits à l’ortie et aux plantes sauvages, confitures de fleurs et fruits sauvages, miel, gelée royale, pollen, pains d’épice, nougats, sans oublier les graines, plants, vivaces, plantes aromatiques, arbustes, produits naturels pour jardiner et outils … sans oublier les produits de la ferme : beurre, fromages, lapins, fromages, cidre bio, bières artisanales…

Conférences Ces moments très attendus des festivaliers seront piquants, cette année encore : Gilles-Eric SERALINI, professeur en biologie moléculaire à l’Université de Caen, viendra nous parler de ses dernières découvertes : les pesticides qui sont mille fois plus dangereux que ce que l’on nous affirme d’habitude !

11 h Actualité : vers une nouvelle guerre de l’ortie ? avec Jérôme Chaïb, environnementaliste et Gérard Farcy

14 h Ortie et plantes sauvages, leur utilité pour la forme, par Bruno Octau, naturopathe

15 h ‘‘Dernières découvertes concernant pesticides OGM et produits chimiques : on est tous cobayes’’ par Gilles-Eric Séralini, qui dédicacera ses ouvrages pour prolonger les moments de rencontre avec ses auditeurs.

17 h Plantes sauvages dans l’assiette, simple mode ou réel intérêt pour leur saveur ? Par Olivier Delacroix cuisinier-traiteur, et Bruno Delaunay, créateur de saveurs

Infos pratiques
Votre entrée au Festival : 4 € adulte, gratuité aux moins de 16 ans en famille, inclut la visite du Musée du Sabot, du Jardin des Herbes Sauvages, du Four à pain des ifs millénaires : arbres remarquables dont les troncs creux renferment des chapelles, et de la grande expo-photos, à la Mairie.

La Haye-de-Routot se trouve à 50 km du Havre, 40 km de Honfleur, 40 km de Rouen, 150 km de Paris, 8 km de Bourg-Achard, 3 km de ROUTOT
Accès par A 13 Paris-Caen, sortie 25 Bourg-Achard / Fécamp, ensuite suivre fléchage.

INFOS Michèle Lesage tél. 02 32 57 35 74, courriel : orfol@aol.com Site : www.lahayederoutot.com

Festival organisé par l’Association du Four à pain-Chaumière aux Orties à La Haye-de-Routot, en collaboration avec Les Amis de l’Ortie.
Avec l’aide de la Région Haute-Normandie, la Communauté de Communes du Roumois Nord, le Département de l’Eure, Eure Tourisme, le Parc Naturel Régional des boucles de la Seine normande.
Et avec la complicité de France Bleu Haute-Normandie, et de la presse nationale, régionale et locale.

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 07:08

Question d'une lectrice :

Bonjour,

Hier, j'ai nettoyé mon jardin et me suis faite piquer très fortement aux mains (très prise par mon travail, je n'ai pas mis de gants).

Mais le soir dans mon lit, je ressentais évidement mes piqûres et j'ai eu beaucoup de mal de m'endormir ; et me suis réveillée de nombreuses fois la nuit.

Au réveil, malgré mon mauvais sommeil (je suis une très grosse dormeuse : 10h30 par jour afin de me sentir bien) je me sens en forme !

Est-ce possible que les piqûres m'aient stimulée à ce point ?

Nb : il n'y a que mes mains qui ont été piquées.

Si c'est le cas, je sais ce qui me reste à faire pour être en forme !

Mais pourrais-je diminuer cette effet stimulant avant d'aller dormir ?

Je serais très heureuse d'avoir votre avis, car l'effet est assez spectaculaire, et je n'ai rien trouvé qui explique cela malgré mes recherche sur internet.

Grand merci pour votre blog.

Amicalement,

Danielle

Notre réponse :

Le mieux serait d'éviter de manipuler des orties le soir, à cause de l'effet irritant qui persiste quelques heures.

Les principes actifs de cette sensation de brûlure douloureuse sont l'acide formique et l'acétylcholine. C'est un peu le mécanisme de protection de l'ortie visant à repousser les opportuns.

L'effet apaisant, voire euphorisant, de la piqûre à postériori serait dû à la sérotonine, un neurotransmetteur qui intervient dans les émotions et la confiance mutuelle, favorisant la convivialité. Les personnes ayant un faible taux de sérotonine sont du reste plutôt agressives et prédisposées à la violence.

Le tryptophane (l'un des huit acides aminés de base) est un précurseur de la sérotonine et semble manquer dans notre alimentation. On trouve des quantités importantes de tryptophane dans les graines de courge et de sésame, aliments à conseiller aux personnes nerveuses et stressées. Les végétariens, qui consomment régulièrement ces graines, sont du reste plus calmes que la moyenne.

La sérotonine favorise donc le sentiment de bien-être.

Ceci dit, pour en revenir aux piqûres d'orties, elles ne permettent pas seulement de soigner les rhumatismes. L'urtication, qui consiste à fouetter la peau avec un bouquet d'orties, soulage également l'arthrite, la goutte et la tendinite (à renouveler une fois par semaine jusqu'à amélioration). J'ajouterai qu'elle peut aussi être utile aux personnes ayant les extrémités froides, du fait d'une mauvaise circulation du sang dans les capillaires au niveau des mains et des pieds. Ce phénomène serait dû à l'histamine, autre composant du "venin" des orties et qui est un vasodilatateur. Soit dit en passant, les graisses animales - comme le beurre - sont composées de macromolécules plus grosses que celles des graisses végétales. Circulant plus difficilement dans les capillaires fins, elles ont tendance à bloquer la circulation dans les extrémités et devraient donc être évitées par les personnes souffrant de cette pathologie.

Pour conclure, l'ortie ne s'adresse pas aux personnes superficielles, qui ne voient que son aspect initial déplaisant. Mais, si l'on dépasse les premiers désagréments de sa piqûre, l'ortie soulage et console au contraire.

Voir aussi notre article : L'urtication, un remède de choc.

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:51
La valse des orties

Photo de Jennifer Pawlin

Dans le style de Yann Tiersen, Christian Daguet a composé cette très belle musique intitulée : "La valse des orties".

A découvrir sur Youtube.

http://www.youtube.com/watch?v=kqbHQqGpkns

P.S. Bien qu'en sommeil depuis de longs mois, notre blog Urticamania a connu fin novembre un étonnant pic d'activité avec 1752 connexions le 22/11/2013. Apparemment, les internautes s'intéressaient surtout à un article publié au printemps 2010 et passé complètement inaperçu jusque là : "L'influence psychique de l'ortie" (3100 J'aime sur Facebook !).

http://urticamania.over-blog.com/article-influence-psychique-de-l-ortie-49806226.html#anchorComment

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 16:36
Un ingénieur en biologie, qui apprécie l'ortie pour ses nombreuses qualités, me faisait récemment remarquer que le seul point faible de cette plante est l'acide formique, pouvant poser problème sur le long terme.
Je lui répondis ceci :
Je ne pense pas que l'acide formique soit un réel problème, mais j'en ignore la toxicité exacte. De toute façon, ce n'est pas le constituant principal des poils urticants. Certaines analyses ne le mentionnent même pas.
En ce qui me concerne, j'ai pris de la tisane d'ortie sur de longues périodes en tisane matinale à raison de 2g par jour sans problème apparent. Mais il est certain que la plante a de nombreuses interactions (un peu comme le millepertuis) et qu'elle est donc déconseillée à un certain nombre de personnes.
Elle reste malgré tout l'un des meilleurs reminéralisants naturels.
Voici sa réponse :
"L'acide formique peut causer des dysfonctionnements rénaux, des allergies et elle a un certain potentiel cancéro-mutagène. Oui, elle est en moindre quantité par rapport à l'histamine, l'acétylcholine ou la sérotonine qui transmettent la douleur, moins de 0.5%.
Il est possible cela dit, comme la Nature fait bien les choses, que les phénols de la plante inactivent les composés toxiques et les rendent inoffensifs. C'est aussi la grande force de l'ortie, la synergie entre ses composants, par exemple sa vitamine C aidant l'absorption du fer, son silicium aidant nos os à fixer son calcium, etc.
En effet, c'est un excellent reminéralisant et une bonne source d'acides aminés. J'ai remarqué que les orties provenant des zones de montagne sont plus concentrées en éléments que les orties de plaine. Je l'utilise personnellement en grande quantité quand je fais du sport, elle améliore grandement la récupération."

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:39

Notre génération est victime d'une déminéralisation généralisée. Ce phénomène est dû principalement à une alimentation appauvrie, à une intolérance croissante au gluten (et à la caséine), ainsi qu'à de mauvaises habitudes alimentaires. Les conséquences de cette carence en minéraux sont nombreuses : anémie, caries dentaires, ostéoporose, dépression, sensibilité aux infections, prédisposition au cancer. Certes, une déminéralisation de l'organisme n'est pas suffisante pour expliquer ces maladies, mais elle permet l'installation d'un terrain propice à leur développement. Sans être une panacée, l'ortie peut nous aider – par sa richesse en minéraux – à combler nos carences, évitant ainsi de graves complications.


Une alimentation appauvrie

Une étude de Virginia Worthington publiée dans The journal of alternative and complementary medicine en 2001 rapporte que le taux de minéraux contenus dans les fruits et légumes a fortement baissé en Angleterre et aux États-Unis au cours des 60 dernières années. Entre 1963 et 1992, le taux moyen de calcium a baissé de 29% et le taux moyen de fer de 32% sur 13 fruits et légumes aux États-Unis. La situation n'est guère meilleure en Grande Bretagne avec des baisses de 35% du taux moyen de magnésium et de 81% du taux moyen de cuivre sur 20 fruits et 20 légumes entre 1936 et 1987.

Il ne fait aucun doute que ce phénomène est dû aux méthodes culturales de l'agriculture moderne.

Du reste, d'après la même étude, il existe une différence importante de valeur nutritive entre les produits de l'agriculture conventionnelle et ceux de l'agriculture biologique en faveur de cette dernière : +27% de vitamine C, +21% de fer, +29% de magnésium et -15% de nitrates. Sur le sélénium, un puissant anti-oxydant, on trouve même un taux supérieur de 372% dans les produits de l'agriculture biologique.

Plusieurs autres études confirment ces faits. On trouvera leur référence dans le n° de juillet-août 2013 du magazine NEXUS page 42.

Un rapport sur la nutrition publié en 2012 par l'ONG britannique CIWF (compassion in world farming) établit par ailleurs que la viande, les produits laitiers et les œufs issus d'élevages respectant le bien-être animal contiennent des niveaux nettement plus élevés en nutriments essentiels et moins de matières grasses que dans les produits issus de l'élevage industriel. Ainsi pour les oméga 3, on en trouve jusqu'à +565% dans les poulets à croissance lente élevés en plein air, jusqu'à +170% dans les œufs de poules élevées en plein air, de +50% à +185% dans le lait de vaches élevées au pré. Pour les antioxydants, on trouve de +60% à +436% de bêta-carotène dans le lait, +280% dans les œufs et jusqu'à +100% de vitamine E dans les œufs produits en respectant le bien-être animal. Enfin, on trouve nettement moins de graisses saturées dans les produits issus d'élevages aux pratiques respectueuses envers les animaux : -50% de matière grasse dans les poulets bio ou de plein air, -65% pour les races à croissance lente. On trouve des résultats comparables pour la viande bovine, de porc ou d'agneau.


L'intolérance au gluten

Cette intolérance s'est fortement développée ces dernières années, favorisée par la sélection génétique de blés à forte teneur en gluten. Cette maladie consiste en une dégénérescence de la muqueuse de l'intestin grêle rendue poreuse. Elle a pour conséquence d'empêcher la bonne absorption des vitamines et minéraux, provoquant de sérieuses carences alimentaires. 6 à 10 % de la population française serait touchée par cette maladie généralement mal diagnostiquée. On trouvera plus de détails sur l'intolérance au gluten ou maladie cœliaque dans notre article sur le blog vegetari1.net.


La mode des sodas

À cela s'ajoutent de mauvaises habitudes alimentaires comme celle de boire des sodas quotidiennement, parfois en grande quantité. Riches en acide phosphorique, ces boissons bloquent l'assimilation du calcium et du magnésium, détruisant le squelette à petit feu. Consommées à l'adolescence, le résultat peut être catastrophique à l'âge adulte avec de graves troubles osseux, dentaires, hypertension, cataracte et troubles du comportement.

Autres aliments déminéralisants : le sucre, l'alcool (tous deux très acidifiants et dépourvus de minéraux) et, dans une moindre mesure, la viande et les fromages affinés,


Le salut dans l'ortie

On trouvera dans la feuille d'ortie une grande partie des vitamines et minéraux qui manquent dans notre alimentation : calcium, magnésium, fer, zinc, cuivre, bore, sélénium, vitamine C, vit.E, vit. du groupe B, bêta-carotène... Par contre, on n'y trouve pas de vitamine D, dont la carence est très répandue du fait d'un manque d'exposition au soleil. Malgré tout, cela reste – avec la graine de chanvre et les algues – l'un des meilleurs compléments alimentaires disponibles. Toutefois, les quantités absorbées seront à la mesure du problème à résoudre. Il ne faut pas s'imaginer que trois gélules par jour ou 1g de feuilles en tisane suffiront à rétablir une carence grave, surtout si les causes du problème persistent. Dans tous les cas, il convient de boire beaucoup durant la cure qui devra durer plusieurs mois, avec une interruption de 8 à 10 jours toutes les 3 semaines. Avant tout traitement, il est vivement conseillé de consulter les contre-indications, ainsi que les précautions d'utilisation.

P.S. En outre, l'ortie est une plante alcalinisante, évitant la fuite des minéraux et permettant de mieux fixer ceux contenus dans notre alimentation généralement trop acide.

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:21

Jeudi 13 juin 2013

Journée "PORTES OUVERTES"

À partir de 14 h 00

sur le site de :

A.D.I.D.A. - C.I.R.E.A. FRAMBOISE

Framboises plein champ sous abris

À Montchabrol de JUILLAC (19350)

Au programme :

14 h 00 : accueil des participants,

. Rappel des enjeux de l'expérimentation et des attentes professionnelles ;

. Présentation des thèmes d'essais 2013 ;

14 h 30 : visite des essais et particulièrement :

. Alternatives aux pesticides : PNPP, purin d'ortie, purin d'ail : quels rôles peuvent-ils avoir

en production de framboise.

Ciné Débat

À 20h30 à Montignac (24290)

· Projection du film Horizons Alimentaire « Initiatives pour des territoires durables et solidaires ».

· Interventions : de Jean François LYPHOUT, Président de l’association ASPRO-PNPP.

De Paul FRANÇOIS, Président de l’association Phyto Victimes, première victime de produits phytosanitaires à avoir gagné un procès face au géant de l’agrochimie Monsanto.

· Débat public « Produire et consommer autrement, l’avenir sera local ».

· Présentation par le Maire d’un projet de création de jardins partagés.

Pour en savoir plus sur JUILLAC

http://www.aspro-pnpp.org/ai1ec_event/juillac-19350-journee-porte-ouverte-framboisiers-et-pnpp/?instance_id=186

Pour vous inscrire

http://www.inscription-facile.com/form/tImpe0woL7D4jKvh9EHe

Pour en savoir plus sur Montignac

http://www.aspro-pnpp.org/ai1ec_event/montignac-24-cine-debat/?instance_id=177

Pour vous inscrire

http://www.inscription-facile.com/form/QAMognTXO8xCLiUxwYHD

Association pour la reconnaissance
des alternatives aux pesticides
"ASPRO PNPP"
19 Montbreger
23000 St LAURENT
Tel : 05 55 41 68 81 ou 05 53 05 28 44
http://www.aspr
o-pnpp.org
email : aspro.pnpp@gmail.com

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 18:56

Cette grande plante décorative aux inflorescences pourpres occupait une place importante dans l'alimentation et les rites religieux des civilisations précolombiennes ; elle était même vénérée par les aztèques. On peut en consommer aussi bien les feuilles savoureuses en légume que les minuscules graines mucilagineuses.

Photo en lien :

http://www.forum-tomates.net/viewtopic.php?t=10433

Une survivante

Alors que les conquistadors avaient interdit l'amaranthe au XVIème siècle, allant jusqu'à couper la main des jardiniers qui la cultivaient et la faisant pratiquement disparaître du Mexique, cette plante a fait ces dernières années une réapparition remarquée aux États-Unis.

En effet une autre amaranthe, Amarantus palmeri ou "herbe à cochon", s'est invitée dans les champs de soja OGM en résistant à l'herbicide Roundup, obligeant les agriculteurs à abandonner 5000 ha de culture rien que dans l'état de Géorgie. L'Arkansas est également touché, et en Alabama l'amaranthe de Palmer infeste 80% des champs de coton OGM et 61% des cultures de soja OGM.

Il faut dire que, si l'amaranthe résiste bien à la sécheresse (ce qui n'est pas le cas du soja), c'est qu'elle a une puissante racine pivotante pouvant atteindre 3 m de profondeur et qu'elle est très difficile à arracher. L'extirper à la main se révèle donc très pénible et, enlevée mécaniquement, elle entraîne des surcoûts qui rendent la culture du soja OGM non rentable. Pour faire bonne mesure, l'amaranthe se ressème spontanément et ses milliers de graines conservent leur capacité germinative dans le sol durant de longues années. Autant dire que là où elle s'est installée elle est impossible à éliminer, tout comme l'ortie brûlante dans certaines cultures potagères.

En somme, elle est devenue un symbole de résistance au totalitarisme, autrefois de l'idéologie catholique, aujourd'hui à l’hégémonie des multinationales du « génie » génétique.

Culture

L'amaranthe est une plante très résistante à la sécheresse, aux insectes et aux maladies, mais sensible aux gelées. Cependant, elle attire les limaces, escargots et pucerons, surtout au début de sa croissance où elle nécessite quelques arrosages. Il suffira de lui réserver un sol riche et neutre, bien ensoleillé, avec une température de l'ordre de 20°c pour la levée des graines. Il est conseillé de semer en godets de tourbe et de repiquer les plants fin mai-début juin, lorsqu'ils atteignent 10 à 15 cm de hauteur. L'idéal est de planter tous les 20 cm avec un écart de 50 cm entre les rangs. L'amaranthe réussit même dans les zones arides de moyenne montagne où elle peut atteindre 2,50 m de hauteur avec très peu d'eau et quelques binages.

Autre avantage de l'amaranthe, sa graine a une durée germinative de 10 ans, ce qui est presque un record dans le monde végétal et il suffit de 500 g de graines pour en cultiver 1 ha avec un rendement moyen de 20 à 25 quintaux à l'hectare. La récolte a lieu 4 à 5 mois après plantation. On étale alors les grappes sur des toiles au soleil ou à l'abri de l'humidité et elles sont battues quelques jours plus tard pour en extraire les graines. Il faut encore vanner pour enlever les impuretés et éloigner les fourmis qui apprécient également cette graine miraculeuse.

Valeur alimentaire

La valeur alimentaire des feuilles d'amaranthe est comparable à celle de l'ortie par leur richesse en protéines de premier ordre, en vitamines et en minéraux, mis à part la vitamine C contenue en plus faible proportion.

Quant à la graine d'amaranthe, elle contient 14 à 16 % de protéines d'excellente qualité, car bien équilibrées en acides aminés. Elle est notamment très riche en lysine, méthionine et tryptophane dont le maïs est déficitaire, ce qui permet de l'y associer avantageusement dans les recettes. C'est aussi une excellente source de magnésium, indispensable pour résister au stress. La composition de la graine d'amaranthe est en fait très similaire à celle du quinoa, qui a été adoptée par les occidentaux depuis une douzaine d'années. Les deux plantes sont du reste de la même famille.

Dépourvue de gluten, donc salutaire aux intolérants, la graine d'amaranthe contient des mucilages bénéfiques au transit intestinal. Sa richessse en protéines, en vitamines du groupe B (B6, folates ou B9 et acide pantoténique ou B5) et en minéraux (calcium, magnésium, fer, phosphore, potassium, cuivre, manganèse et sélénium) la fait recommander aux enfants, personnes âgées, végétariens, convalescents et femmes enceintes ou allaitantes. Favorisant la lactation, la graine d'amaranthe est aussi très utile pour lutter contre la fatigue et l'anémie. Au Népal comme au Pérou, on l'utilise pour lutter contre les maux d'estomac. Elle est utilisée par les paysans comme un tonique pour les personnes âgées et un remède souverain contre la diarrhée et les hémorragies internes ou externes.

Modes d'utilisation

La feuille d'amaranthe est considérée par François Couplan comme l'un des meilleurs légumes sauvages. On la cultivait autrefois pour cet usage, autant que pour ses graines. Cueillie jeune, elle peut être mangée crue. À un stade plus avancé, on la fera cuire à la vapeur.

La graine, au goût relevé, sera cuite 20 mn à feu doux dans 2 fois son volume d'eau, après avoir été lavée soigneusement. Du fait de sa texture collante, la graine d'amaranthe est intéressante pour confectionner des galettes, en association avec d'autres céréales comme la semoule de maïs.

En Inde et au Népal, où il existe des espèces locales, on la fait griller pour en faire de délicieuses galettes sucrées au miel ; l'ancêtre des barres de céréales en quelque sorte !

On peut aussi faire germer les graines d'amaranthe. Il faudra alors les rincer soigneusement avant et après un trempage de 12 heures, pour éviter tout risque de fermentation. Suivant la température ambiante, qui doit avoisiner 25°c, la germination demande 5 à 6 jours, avec 2 rinçages par jour.

L'amaranthe serait-elle en fait le sénevé de la parabole ?

Dans une célèbre parabole rapportée par les évangélistes, Jésus fait une comparaison : « Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c'est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s'abriter dans ses branches » (Matthieu XIII 31-32). Marc (IV 30-32) et Luc (XIII 18-19) rapportent la même parabole sans grandes différences. Le sénevé n'est autre que la moutarde noire (Sinapis nigra), aux graines plus petites que celles de la moutarde blanche et pouvant atteindre 1 m à 1,50 m. Paul Fournier rapporte même qu'en Palestine, la plante peut atteindre 3 m de haut. Très irritante, la graine moulue servait jadis à faire des cataplasmes révulsifs contre les rhumatismes.

Mais la moutarde noire est loin d'avoir la plus petite graine du monde végétal. L'amaranthe en compte 1700 au gramme, contre 500 à 700 pour la moutarde noire. Un pied d'amaranthe peut donner plus de 100 000 graines et certaines espèces atteignent aussi 3 m de hauteur. On pourra objecter que le sénevé de la parabole ne peut être l'amaranthe qui est une plante originaire d'Amérique. Certes, sur près de 900 espèces connues une majorité provient d'Amérique centrale, mais il en existe d'autres spécifiques aux flores asiatique et australienne. Native d'Europe méridionale, A. lividus était même cultivée par les romains avant de devenir une « mauvaise herbe ». Il aurait donc pu y avoir confusion au moment de la rédaction des évangiles, soit plus d'un siècle après la prédication de Jésus .

Quoi qu'il en soit, l'amaranthe est une plante pleine de promesses. John Robinson, expert en nutrition de l'Université du Michigan qui a longuement étudié l'amaranthe au début des années 1970, en a conclu que c'était « l'une des trente espèces alimentaires offrant les plus grandes promesses pour l'amélioration de l'alimentation humaine ». Il est temps de réhabiliter l'amaranthe.

Sources :

  • Dominique Guillet, catalogue Semences Kokopelli 2007.

  • Marie-Pierre Arvy et François Gallouin, Légumes d'hier et d'aujourd'hui, éd. Belin, 2007.

  • François Couplan, Le régal végétal, éd. Sang de la Terre, 2009.

  • François Couplan, Guide nutritionnel des plantes, Delachaux et Niestlé, 1998.

  • Belda Sisso, Les graines germées, Grancher, 2008.

  • Paul Fournier, Plantes médicinales t.III, Connaissance et Mémoire Européenne & Société Nationale d'Horticulture de France, 1999.

  • La Bible de Jérusalem, Cerf, 1974.

  • Article de Wikipedia sur l'amarante :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amarante_%28plante%29

  • Le Figaro.fr : Les OGM ont perdu la guerre contre les mauvaises herbes

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/05/25/01029-20120525ARTFIG00710-les-ogm-ont-perdu-la-guerre-contre-les-mauvaises-herbes.php

  • Agir Santé :

http://agirsante.typepad.fr/agir_sante/2011/05/mangez-de-lamarante-.html

  • Agoravox (encyclopédie en ligne québécoise) :

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/amarante-pas-marrante-pour-55291

Amaranth, uncooked

http://nutritiondata.self.com/facts/cereal-grains-and-pasta/5676/2

Amaranth leaves, raw

http://nutritiondata.self.com/facts/vegetables-and-vegetable-products/2303/2

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 22:29

Mise à jour importante :

Juste après avoir posté ce communiqué, nous avons reçu la mise en garde d'un ami au sujet de POLLINIS.

Avant de signer la pétition, nous vous conseillons de prendre connaissance de l'article en lien, à l'argumentation solidement étayée, qui laisse planer de lourdes suspicions sur les dirigeants de POLLINIS.

http://www.mathieua.fr/blog/2012/11/11/pourquoi-je-ne-signerais-pas-la-petition-pollinis/

Madame, Monsieur,

Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d'abeilles » en Europe et dans le monde !

Nous devons la stopper net, avant qu'elle n'ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l'avenir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

Il n'y a pas un instant à perdre.

Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s'est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles (1).

Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant...

Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effréné et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat (2).

Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction RÉELLE des pesticides tueurs-d'abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes (3)... Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !

Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l'issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l'interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s'il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoïdes.

Or, cette soi-disant interdiction n'aura aucun effet sur la santé des abeilles !

En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ».

De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement (4), et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles ! (5)

A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d'être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu'ils n'y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps !

C'est un plan diabolique, qui nous promet un désastre environnemental sans précédent.

Nous pouvons encore empêcher ça. MAIS IL FAUT AGIR VITE : d'ici quelques jours, la Commission européenne se prononcera sur sa version définitive du règlement européen concernant ces 3 pesticides tueurs d'abeilles.

Nous devons agir avant, pour exiger l'interdiction RÉELLE de ces pesticides ! Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant ici !

Si nous ne faisons rien, voici ce qui va se passer dans les 2 prochaines années :

- les pesticides néonicotinoïdes continueront à être utilisés pour les cultures d'hiver, imprégnant ainsi durablement les sols et l'eau...

- les cultures de printemps et d'été "non traitées" seront infectées par les résidus de ces pesticides, et empoisonneront les abeilles...

- la mortalité massive des abeilles ne déclinera pas, malgré la soi-disant "interdiction" des néonicotinoïdes

- Syngenta, Monsanto, Bayer et tous les laboratoires agrochimiques pourront à loisir clamer que leurs produits n'ont rien à voir avec la mortalité des abeilles, et obtenir leur réhabilitation totale sur le marché.

Et là, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer…

Il faut tuer dans l'œuf ce plan démoniaque, et exiger de la Commission européenne qu'elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d'abeilles, comme elle prétend le faire d'ailleurs !

Pas de compromissions, pas de petits arrangements... Si l'on doit faire un test de 2 ans pour évaluer réellement l'impact de ces pesticides sur les pollinisateurs, alors allons-y franchement !

Les agriculteurs eux-mêmes n'auraient pas à y perdre :

d'après l'INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l'usage des traitements chimiques (6).

Ca représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes !

En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d'affaires des géants de l'agrochimie... Mais la Nature n'a que faire de leurs profits !

Alors s'il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l'Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l'avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats.

Signez la pétition, et transmettez cet e-mail à un maximum de personnes autour de vous.

D'avance, merci !

Nicolas Laarman
Délégué général Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature

Pour en savoir plus :

1- Le texte de la Commission européenne interdisant 3 néonicotinoïdes :

http://www.pollinis.org/IMG/doc/regulation_commission_europeenne_interdiction_3_neonicotinoides.doc

2- L'excellent rapport de Corporate Union Observatory sur le sujet (en anglais) :

http://corporateeurope.org/publications/pesticides-against-pollinators

Ou ici en français, le bon petit résumé publié en ligne dans le Journal de l'environnement :

http://www.journaldelenvironnement.net/article/comment-le-lobby-des-pesticides-se-bat-pour-les-neonicotinoides,34147

3- Début 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport confirmant que les néonicotinoïdes présentent un risque important pour les abeilles et les pollinisateurs :

http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campai gn=beehealth

4 -Les néonicotinoïdes persistent dans l'environnement, la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée à 148 à 6900 jours par l'Agence de protection de la santé américaine :

http://www.epa.gov/pesticides/chem_search/cleared_reviews/csr_PC-044309_2-Nov-10_b.pdf

Voir aussi l'étude de J. DeCant et M. Barrett publiée en 2010 dans la revue Environmental Protection (pp. 1-99) : Environmental Fate and Ecological Risk Assessment for the Registration of CLOTHIANIDIN for Use as a Seed Treatment on Mustard Seed (Oilseed and Condiment) and Cotton.

5- La persistance des néonicotinoïdes contamine l'environnement au sens large, notamment le pollen.

L'imidaclopride par exemple peut être absorbée par des cultures non-traitées, jusqu'à deux ans après la première utilisation, et peut se retrouver dans le pollen et le nectar des fleurs non traitées à des niveaux toxiques pour les abeilles :

Bonmatin, J. M., et al . (2003) A sensitive LC/APCI/MS/MS method for analysis of imidacloprid in soils, in plants and in pollens. Anal. Chem. 75 (9), 2027-2033.

En 2002 et 2003, 69,1% du pollen récolté par les abeilles de 25 ruchers dans cinq départements français, sur des plantes traitées et non traitées étaient contaminés par de l’imidacloprid, bien que cette neurotoxine ait été interdite à l'utilisation sur le tournesol en janvier 1999 :

Chauzat M.P. et al (2006). A survey pesticides residues in pollen loads collected by honey bees in France. Journal of Economic Entomology, 99:253-262

6- Rapport Ecophyto R&D de l'INRA : « Réduire l'usage des pesticides » :

http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-decisions/Etudes/Toutes-les-actualites/Ecophyto-R-D

Pollinis – Réseau des Conservatoires Abeilles et Pollinisateurs
Association Loi 1901 Conservatoire des Fermes et de la Nature
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 15:13

Samedi 25 mai aura lieu une journée internationale de manifestation contre Monsanto (OGM, Roundup, PCB, dioxines, hormones de croissance bovine, agent orange).

Pour Paris, le rendez-vous est fixé place du Trocadéro à 14 heures. A Bruxelles, le rassemblement aura lieu à 16 heures place de la Bourse.

En cette journée de pleine lune (Wesak), il est important de montrer notre détermination à refuser ces poisons de notre santé et de l'environnement.


Des manifestations analogues auront lieu en même temps à Strasbourg et à Marseille, ainsi qu'un peu partout en Europe, aux États-Unis et en Inde.

Soyez nombreux à participer à ce sit-in pacifiste en montrant que vous êtes soucieux de l'avenir de la planète et des générations futures.

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1011

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:00
Nous avons sélectionné pour vous quelques unes des meilleures vidéos en français concernant l'ortie :
L'excellent reportage d'Arte (2010), dans la série Secrets de plantes. (52 mn) http://www.universcience.tv/video-l-ortie-2624.html
Le film-documentaire L'ortie fée de la résistance (2008) de Perrine Bertrand (59 mn) http://www.dailymotion.com/video/xqhvk6_l-ortie-fee-de-la-resistance-un-film-documentaire-de-perrine-bertrand-et-yan-grill-1de2_lifestyle#.UZXuGkqdo-c
Ortie, qui es-tu ? (2008), présentation de l'ortie par Bernard Bertrand (18 mn) http://www.dailymotion.com/video/x7sa22_ortie-qui-es-tu_lifestyle#.UZXpxUqdo-c
Préparation du purin d'ortie par Les 4 saisons du jardinage bio (3'15'') http://www.youtube.com/watch?v=21RPTbL2ZAw
Présentation de l'ortie par l'école d'herboristerie québécoise Flora Medicina (2'38'') http://www.floramedicina.com/lortie
La petite maison dans les orties, vidéo hilarante de 6 mn sur Dailymotion http://www.dailymotion.com/fr/relevance/search/la+petite+maison+dans+les+orties/4#video=x2gymt
Fabriquer une corde en fibre d'ortie (3'10'') http://www.youtube.com/watch?v=3rvVxHlbSo4

Partager cet article

Published by ISISRET
commenter cet article

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog