Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 08:35

 

On sait que les amérindiens utilisaient l'ortie - fraîche de préférence - écrasée en cataplasme pour le traitement des plaies. Un herboriste russe du XVIIème siècle recommande l'ortie pour le même usage, ce qui reflète probablement l'usage populaire de l'époque.

L'ortie était alors mâchée, écrasée et appliquée sur les blessures pour les nettoyer et les guérir. Entre parenthèses, le fait de les mastiquer risquait de les contaminer, la bouche étant riche en germes pathogènes, mais c'était sans doute le procédé le plus commode en pleine nature.

Ce qui est plus intéressant, c'est que le même manuel (intitulé tout simplement L'Herbier ), traite de l'efficacité du même traitement sur les vieilles blessures infectées. On écrasait alors non seulement les feuilles fraîches (hémostatiques), mais aussi les graines, additionnées de sel. Cela avait la réputation de faire sortir les tissus morts et d'assainir la blessure.

Il suffit parfois de peu de chose pour éviter la gangrène et l'amputation.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 20:29


S'appuyant sur la constatation de quelques cas d'avortement chez la lapine, le corps médical est plutôt défavorable à la consommation d'ortie durant la grossesse.

Au contraire, sages-femmes et herboristes américains la recommandent dans les mêmes circonstances, suivant en cela les coutumes des amérindiens. Herboriste québécoise, Anny Schneider en déconseille l'usage en début de grossesse en regard de ses effets emmenagogues, mais la recommande à faible dose pour faciliter l'accouchement et durant la lactation.


Si l'utilisation de l'ortie crue est effectivement à éviter chez la femme enceinte, la composition chimique de l'ortie sèche plaide en faveur d'un usage raisonnable dans le même cas. En effet, l'ortie est riche en acide folique (vit.B 9), importante pour le bon développement de l'embryon et prescrite par les médecins en début de grossesse.


L'American Pregancy Association ne donne pas d'avis sur l'utilisation éventuelle de grande ortie durant la grossesse du fait des informations contradictoires disponibles sur le sujet. Malgré tout, aux Etats-Unis, l'ortie est disponible en tisane dans plusieurs mélanges de plantes censées faciliter la grossesse. Sa forte teneur en minéraux (calcium, fer, magnésium, zinc) permet à priori d'éviter une déminéralisation de l'organisme de la mère.

Par contre, la sérotonine contenue dans les poils urticants de l'ortie fraîche stimule les contractions de l'utérus et serait susceptible de provoquer un avortement. La consommation d'ortie fraîche doit donc être strictement évitée chez la femme enceinte, sauf à terme pour faciliter les contractions.


 

Annyortie

Anny Schneider, herboriste


Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 07:22

 

Certes, la racine de grande ortie s'est taillée une réputation ces dernières années dans le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate, ce qui ne concerne que les hommes.

Malgré tout, l'ortie reste une plante particulièrement adaptée pour les femmes, permettant de remédier à plusieurs troubles de santé qui touchent majoritairement ou exclusivement celles-ci :

  • ostéoporose
  • anémie
  • règles abondantes
  • lactation insuffisante
  • hémorragie utérine

 

Ostéoporose

Utilisée sous contrôle médical, la feuille d'ortie est utile pour prévenir l'ostéoporose, qui touche surtout les femmes à la ménopause. Riche en calcium et alcalinisante, elle va stopper la fuite des ions calcium et permettre la fixation de celui-ci, à condition que le régime contienne de la vitamine D ou une exposition au soleil suffisante. La tisane pourra être utilisée en laissant infuser au moins 10 mn. Le dosage est à déterminer avec le praticien traitant. Le régime alimentaire devra également être modifié avec - contrairement à ce que l'on pourrait penser - une réduction des laitages. Il ne faut pas croire tout ce que dit la publicité. L'expérience prouve au contraire que ce sont les peuples qui consomment le moins de laitages qui ont les os les plus solides (Lire à ce propos le livre de Thierry Souccar Lait, mensonge et propagande). Eviter aussi le coca, riche en acide phosphorique, qui s'avère déminéralisant bu en grosses quantités.

 

Anémie

C'est la feuille qui est généralement employée, mais la racine est également riche en fer. A noter que la teneur de la plante en fer varie considérablement suivant le lieu de récolte, les plantes récoltées en forêt étant pauvres en fer, tandis que celles récoltées dans un jardin ou au bord des cours d'eau en contiennent jusqu'à trois fois plus. La cure devra être poursuivie plusieurs mois et contrôlée médicalement avec des tests sanguins.

 

Règles abondantes

Une cure d'ortie traite efficacement les règles abondantes, cause fréquente d'anémie. Un traitement sous forme de poudre de feuilles d'ortie en gélules (au moins 6 par jour) peut suffire à faire rentrer les choses en ordre en quelques semaines. Mais s'il y a en plus de l'anémie, le traitement devra être poursuivi.

 

Lactation

Les femmes qui allaitent auront intérêt à consommer des feuilles ou des graines d'ortie, qui stimulent la lactation. Cette propriété, un peu tombée dans l'oubli, était bien connue autrefois des nourrices à la campagne. Plusieurs remèdes vétérinaires utilisent également l'ortie pour ses propriétés galactogènes.

 

Hémorragie utérine

Ce trouble grave nécessite un traitement de choc, sous contrôle médical impératif. Comme l'ont démontré Cazin, puis le Dr Henri Leclerc, le jus d'ortie fraîche permet de stopper efficacement l'hémorragie en absorption par voie buccale, ou même en compresses.


Leclerc (1ère moitié du XXème siècle) est un peu considéré comme le père de la phytothérapie moderne. A une époque où l'on ne croyait que dans la chimie, il a travaillé résolument à contre-courant, permettant que la médecine par les plantes ne tombe pas complètement dans l'oubli. Pour traiter l'hémorragie utérine, il recommandait (dans son Précis de Phytothérapie , éd. Masson) une absorption quotidienne de 100 à 125 g de jus d'ortie fraîche, soit un verre à vin.


Au XIXème siècle, Cazin a débuté sa carrière en suivant les armées de Napoléon, où il dut voir bien des horreurs, celui-ci laissant les soldats agoniser plusieurs jours sans soins sur les champs de bataille pour préférer poursuivre l'ennemi. Puis Cazin a collecté une énorme somme de renseignements comme médecin de campagne dans le nord de la France. Il a recueilli les connaissances de son époque sur la médecine par les plantes, qu'il a réunies dans un ouvrage de 1200 pages réédité il y a quelques années (Diffusion abelfranklin.com). Cazin a beaucoup approfondi le traitement de cette maladie par l'ortie. Il cite le Dr. Ginestet, qui présenta un mémoire sur l'efficacité de cette plante dans le traitement des hémorragies de l'utérus devant l'académie de médecine. Cazin vérifia lui-même à maintes occasions la valeur de l'ortie dans le traitement de cette affection, sauvant plusieurs femmes d'une mort certaine. Dans les cas graves, il administrait jusqu'à un verre de jus d'ortie matin et soir, l'hémorragie cédant en quelques jours.

 

L'utilité de l'ortie durant la grossesse sera traitée dans un prochain article.


Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 22:30

 

L'ortie tient de longue date une place capitale dans la médecine populaire en Turquie, en particulier en Anatolie.

En effet, la population attribue des vertus anti-cancéreuses aux graines d'ortie romaine (Urtica pilulifera) , qui se vendent à prix d'or. Leur récolte est rendue difficile du fait que la graine se ressème spontanément à maturité et des nombreux poils urticants de cette espèce.

Cet attrait pour la graine d'ortie n'est pas nouveau. Dans l'Antiquité, Pline l'Ancien en faisait déjà mention, précisant que la graine d'ortie romaine d'Alexandrie était très recherchée.

 

Dans le nord du pays, en bordure de la Mer Noire, les paysannes turques récoltent encore aujourd'hui les feuilles de la grande ortie (Urtica dioïca) pour leur usage alimentaire et médicinal. Elles s'en servent pour traiter l'arthrite, l'anémie, le rhume des foins, les troubles rénaux et pour soulager les douleurs.

 

Ce n'est sans doute pas un hasard si Gulsel Kavalali, l'auteur du seul ouvrage scientifique complet publié sur l'ortie (en anglais) est d'origine turque.

 

3879966332 e290ea2b3a o

Paysannes turques récoltant des feuilles d'ortie au printemps

3879981274 9c0f52ea30 o


Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:52

 

Kiva Rose est une herboriste américaine, également chamane et artiste, établie au fin fond du Nouveau Mexique. Elle a acquit une bonne pratique ces dernières années. Comme beaucoup d'herboristes et d'ethnobotanistes, elle porte une affection particulière envers l'ortie, cette "mauvaise herbe" tant calomniée

 

Actuellement, c'est plutôt le moment de consommer l'ortie fraîche, crue ou cuite. Ses feuilles sont encore tendres et gorgées d'énergie vitale. Mais Kiva Rose s'est surtout intéressée aux graines d'ortie, qu'elle a testées sur elle-même, après avoir étudié l'opinion des meilleurs herboristes anglo-saxons.

Kiva Rose trouve que "la graine d'ortie est beaucoup moins rafraîchissante et desséchante" que la feuille, et qu'elle a "un effet beaucoup plus nutritif et réparateur sur les reins et les surrénales, les rendant nettement plus adaptées en cas d'épuisement profond et de déficience (rénale)". Elle recommande la graine d'ortie même en cas de déficience rénale chronique. Elle lui reconnait également des propriétés adaptogènes sur les surrénales, en particulier "en cas de fatigue avec nervosité et incapacité à se concentrer".

Mais la graine d'ortie fraîche ayant un effet excitant, seule la graine sèche doit être utilisée. Kiva Rose met aussi en garde : en cas de cure, "la réduction du stress, le changement de mode de vie et de nutrition" sont indispensables pour éviter une aggravation des problèmes.

 

Par certaines de ses propriétés (adaptogène, tonique, aphrodisiaque) la graine d'ortie ressemble au ginseng et à la maca, dont elle constitue un bon succédané.

 

Voir aussi  Les étonnantes propriétés de la graine d'ortie ***


Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 14:07

 

L'ortie a souvent été signalée pour son action favorable dans les maladies de peau et - plus rarement - sur le foie, les deux étant du reste liés.


Il nous semble que l'ortie reste avant tout une plante reminéralisante, ce en quoi elle peut être bénéfique à l'immense majorité de la population, car nous avons presque tous une alimentation carencée.


Les principales indications de la feuille d'ortie comme plante médicinale restent la goutte, les douleurs articulaires en général et la régularisation des règles, avec cependant quelques contre-indications (voir page correspondante Contre-indications de l'ortie ).


L'ortie étant une plante rééquilibrante, elle n'a pas d'action spectaculaire (hormis l'action hémostatique du jus d'ortie fraîche), mais agit sur la durée en assainissant les organes internes. Sa bonne teneur en zinc pourrait lui prêter des vertus dermatologiques, mais peu d'études ont été poursuivies dans ce domaine. Il nous semble que l'ortie ne saurait à elle seule guérir des troubles cutanés chroniques comme l'acné ou l'eczéma. Un jeûne périodique paraît surtout indiqué dans ce cas, ainsi que l'abandon des aliments irritants pour l'organisme (laitages, gluten...).


Par contre, l'ortie a tout à fait sa place comme plante secondaire, associée par exemple à de la bardane et de la pensée sauvage, reconnues pour leurs propriétés dépuratives. Dans le cas d'acné, c'est plutôt la racine d'ortie que l'on utilisera. Le guide Sélection/Vidal, établi par les meilleurs phytothérapeutes, ne retient pas l'ortie dans l'eczéma, mais lui attribue un intérêt en traitement de fond dans le psoriasis. Notre expérience personnelle dans cette maladie semble montrer que les crises se déclenchent surtout en cas de carence en vitamine D, qui peut donc servir de signal d'alerte d'une possible décalcification. La première chose à faire sera donc de suivre une cure de vitamine D.

Voir à ce sujet notre article link


L'huile de Neem (Azadirachta indica ) est d'un grand intérêt dans le traitement externe du psoriasis. Malheureusement, ce produit est très difficile à trouver sur le marché français, généralement obtenu à chaud, sent mauvais et ne se conserve qu'un an au réfrigérateur. 

On peut la remplacer avantageusement par l'huile de chanvre (disponible en magasin de produit bio), riche en oméga 3 dotés de propriétés anti-inflammatoires. En application quotidienne, elle soulagera efficacement les démangeaisons (3 applications par jour), mais il faudra impérativement la conserver au frais et l'utiliser dans un délai d'un an. Autre intérêt, l'huile de chanvre n'est pas irritante et on peut l'appliquer pure dans les zones sensibles (autour des yeux ou dans l'oreille).


En ce qui concerne son effet sur le foie, l'ortie agit indirectement et son action semble plutôt discrète.


 

Maria Treben (1907-1991) était une guérisseuse autrichienne, auteur de livres à succès. Son best-seller, La Santé à la pharmacie du Bon Dieu  a été vendu à des millions d'exemplaires dans une vingtaine de langues. Son savoir empirique, qui la place à l'opposé de la médecine scientifique, ne nous semble pas à dédaigner pour autant.

Elle cite l'exemple d'une femme guérie d'un eczéma associé à des migraines tenaces grâce à une cure de tisane d'ortie. De la même manière, une autre femme, qui souffrait d'un cor au pied très douloureux et d'une mycose des ongles, s'était guérie à l'aide de tisane d'ortie en cure de longue durée.

En ce qui me concerne, je me suis libéré d'une mycose de l'ongle du gros orteil réfractaire au traitement classique (et même aux huiles essentielles) de la même manière. Dans ce cas précis, la tisane doit être concentrée, infusée au moins 10 minutes, et la cure poursuivie durant au moins un an, à raison d'une grande tasse le matin. (Il est conseillé de faire des pauses régulières d'une dizaine de jours dans le traitement pour éviter l'accoutumance).

Quand la médecine va-t-elle comprendre qu'il faut commencer par traiter le terrain ?

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 19:41

L'école d'herboristerie québécoise Flora Medicina , dont nous avons déjà parlé dans notre livre Les vertus de l'Ortie
, vient de lancer des cours d'herboristerie en vidéo sur internet.

Des échantillons gratuits sont proposés sur certaines plantes comme l'ortie, le sureau, l'échinacée, le curcuma, ainsi que des rubriques sur la sécurité et les plantes médicinales et la fabrication d'une huile d'ail.

La vidéo sur l'ortie est courte (2'37"), mais bien faite.
Vous pouvez la visionner en cliquant sur le lien ci-joint. link
Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 20:09

 

L'anémie est une maladie due à une carence en fer, qui se manifeste par de la pâleur, accompagnée de fatigue chronique, de troubles de la concentration, ainsi que d'une sensibilité accrue aux maladies infectieuses. Elle est généralement due à une alimentation déséquilibrée, mais il existe des formes particulières d'anémie qui relèvent exclusivement du domaine médical. Il est donc indispensable de consulter un médecin.
 
L'anémie est plus répandue chez les femmes entre la puberté et la ménopause, particulièrement en cas de règles abondantes. Le fer est en effet l'un des principaux constituants de l'hémoglobine du sang.
Au XIXème siècle, on parlait de "chlorose des jeunes filles" pour désigner la pâleur et l'asthénie des demoiselles anémiées.


 

Les besoins en fer sont plus élevés chez l'adolescente, chez la femme enceinte ou allaitante et chez le travailleur de force. L'alimentation moderne, pauvre en légumes secs et graines oléagineuses, est souvent carencée en fer. Avec la généralisation des fast-foods, l'anémie (plus ou moins sévère et pas toujours diagnostiquée) touche une partie importante de la population et est devenue un problème de santé publique.

Par sa haute teneur en fer, l'ortie constitue la plante idéale pour prévenir l'anémie. N'oublions pas que l'ortie est une plante particulièrement riche en chlorophylle, dont la composition est très proche de celle de l'hémoglobine.
C'est surtout la feuille qui sera utilisée, bien que la racine ait également une forte teneur en fer. Manger de la soupe d'ortie ou de la quiche à l'ortie occasionnellement ne saurait suffire à combler une carence en fer. Pour espérer un résultat significatif, il faudra boire de la tisane concentrée d'ortie tous les matins pendant au moins 1 mois (2 cuillères à soupe de feuilles broyées infusées 15 mn dans 1/4 de litre d'eau bouillante) ou la consommer en gélules (environ 9 par jour en 2 ou 3 prises).
Le fer végétal de l'ortie est rendu particulièrement assimilable du fait de la richesse de la plante en vitamine C , qui favorise son absorption par l'organisme.
Par contre, le thé doit être évité en cas d'anémie, à cause des tanins qui empèchent l'assimilation du fer. Il en sera de même des céréales complètes à cause de l'acide phytique contenu dans le son et des épinards à cause de leur acide oxalique. Tous deux contrarient l'assimilation du fer. Le lait et le fromage diminuent également l'absorption du fer végétal. Enfin, les anti-acides et la tétracycline s'opposent à l'absorption du fer.
Il faut savoir également que l'assimilation du fer peut être bloquée par des interactions antagonistes avec le zinc, le cuivre ou le manganèse. C'est pourquoi l'absorption de fer minéral (qui peut être dangereux à forte dose) ne doit être entreprise que sous surveillance médicale, avec des tests sanguins réguliers pour suivre l'évolution du taux de ferritine.
Du fait de son équilibre harmonieux en minéraux, l'ortie ne pose pas ce genre de problème, mais devra cependant être consommée en quantité raisonnable.
En tout état de cause, consultez votre médecin traitant, ne serait-ce que pour le convaincre, examens à l'appui, de l'efficacité de l'ortie en cas d'anémie.
 
La carence en fer a également été traitée dans notre nouveau livre en ligne :  Être végétarien, le bon choix ? (format PDF, page 172).
Cliquer sur le lien  link



La citation du jour :

Le dire c'est bien, ...mais le fer c'est mieux !
Bourvil

Aliments riches en fer  en mg/100g
 
Spaghetti de mer (algue séchée) 59
Dulse (algue séchée) 50
Nori (algue séchée)

23

Wakamé (algue séchée) 20
Boudin noir cru 18
Kombu (algue séchée) 16,5
Foie d'agneau 14
Bigorneau cuit 13
Cacao en poudre 12,5
Graine de courge 11,2
Foie de volaille 10,4
Graine de sésame 10,4
Soja 8
Coque cuite 7,9
Moule 7,9
Ortie (feuille) 7,8 à 13,4
Foie de génisse 7,7
Pois chiche 7,2
Millet 6,8
Haricot sec 6,7
Graine de tournesol 6,4
Huitre crue 6,3
Persil 6,2
Jaune d'oeuf 5,5
Noisette 4,5
Amande

4,4

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 18:09

 

Très friands de graines d'ortie à l'automne, les oiseaux ont bien compris l'intérêt de cet alicament, qui va leur permettre de mieux résister aux rigueurs hivernales.

Vilipendée par la médecine occidentale au XIXème siècle, la graine d'ortie a toujours été utilisée par les maquignons européens pour doper le bétail deux semaines avant de le mettre en vente, ainsi que dans la médecine populaire, en particulier en Turquie, où on lui attribue des propriétés anti-cancéreuses.

La recherche moderne a du reste découvert  dans les racines et les graines d'ortie une lectine nommée UDA (Urtica dioïca agglutinin) qui a montré in vitro des propriétés anticancéreuses et puissamment inhibitrices du virus HIV. Sans compter les propriétés anti-prostatiques, anti-fongiques et insecticides de cette lectine.
Les rares analyses faites sur la graine d'ortie ont permis de mieux connaître sa composition : acides gras insaturés (linoléique et linolénique), des vitamines C, E, B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3 (niacine), B6 (pyridoxine), et de nombreux minéraux : fer, zinc, cuivre, calcium, phosphore, magnésium, manganèse, sodium, potassium, et sélénium. Ce qui en fait un cocktail d'anti-oxydants. (Les éléments en caractères gras sont contenus en forte quantité).


Depuis quelques années, les étonnantes propriétés de la graine d'ortie (comparables à celles du ginseng) ont été mises en valeur par les herboristes occidentaux, notamment aux Etats-Unis ; les forums d'Internet leur permettant de partager leur expérience à travers le monde.

Herboriste finlandaise, Henriette Kress a été l'une des premières à noter l'intérêt de la graine d'ortie en cas d'épuisement. Elle insiste sur la nécessité de ne pas opérer un traitement "coup de fouet", mais d'agir sur le long terme (2 mois) pour redonner à l'organisme toute sa vigueur.
La graine d'ortie permet d'accomplir des tâches importantes sans ressentir aucune fatigue, et contrairement à d'autres toniques, elle n'altère pas la qualité du sommeil nocturne.
En plus de ses remarquables propriétés stimulantes (et aphrodisiaques), elle régularise le cycle menstruel et s'avère un tonique rénal de premier ordre.
Cette capacité de la graine d'ortie de redonner goût à la vie, d'avoir "envie de faire des choses", tout en gardant un esprit alerte, la rend particulièrement intéressante, en traitement de fond, dans un grand nombre de pathologies (ex dépression légère en association avec le millepertuis et la mélisse officinale).

Herboriste américaine, Kiva Rose conseille de commencer par une pincée de graines par jour, et d'augmenter la dose si nécessaire jusqu'à une cuillère à soupe par jour (dosage recommandé par Henriette), en fonction de la sensibilité personnelle. Au delà, la graine d'ortie devient un puissant purgatif. A très forte dose, elle peut même provoquer un sommeil léthargique.
La meilleure méthode d'absorption semble être la prise des graines mâchées (éventuellement avec du miel) au petit déjeuner. On peut aussi essayer en décoction, si c'est trop difficile à avaler, mais on risque de perdre une partie des principes actifs. Sous forme de teinture-mère, elle perd une grande partie de son efficacité et nécessite un dosage élevé.

Malheureusement, la graine d'ortie est presque introuvable dans le commerce. L'une des rares boutiques en France qui en propose - avec leur péricarpe - est l'herboristerie du Palais Royal à Paris (plantes sauvages, en provenance du Maine-et-Loire). Quelques sites Internet la vendent aux alentours de 200 € le kilo.
Les différentes espèces d'ortie : Urtica dioïca, U. urens, U. pilulifera etc ont plus ou moins les mêmes propriétés, à quelques variantes près dues à leur légère différence de composition.


La récolte est assez délicate, car la graine tombe dès qu'elle est mûre. Le plus simple est de récolter les graines un peu avant maturité. En fonction de l'altitude, ce peut être en septembre ou octobre pour la grande ortie.


(Pour plus de détails sur la graine d'ortie, voir "Les vertus de l'ortie" éd. Le Courrier du Livre pages 78-79 et 107-108).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 23:12

Pour une meilleure efficacité du traitement en cas de douleurs articulaires, il est conseillé d'associer l'ortie à de l'huile de noix, ou mieux de l'huile de chanvre, toutes deux riches en Oméga 3 (respectivement 13 % et 19 %).
Important : Tous les produits contenant un pourcentage important d'Oméga 3 (ex l'huile de lin, 55 %) sont succeptibles de s'oxyder au contact de l'air et de la lumière et doivent impérativement être conservés au réfrigérateur et consommés rapidement (conservation maximum : 1 an).
Pour bien faire, ces produits devraient même être vendus au rayon frais des magasins d'alimentation.
L'association Ortie + Oméga 3 est le principe du Phytalgic, médicament vendu en pharmacie, mais incompatible avec un régime végétarien (les Oméga 3 du Phytalgic sont issus d'huiles de poisson).
On peut aussi utiliser des graines de lin crues, broyées au dernier moment et incorporées aux salades, yaourts, compotes.
Quant'à notre chère ortie, elle devra - en cas de douleurs rhumatismales - être consommée à forte dose sous forme de tisane, décoction ou gélule, en cure de 1 à 3 mois et avec un apport hydrique suffisant, surtout en début de traitement.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact

Archives