Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:21

 

Faut-il classer l'ortie comme plante préférant l'ombre ou le soleil ?

 

On sait que les papillons ne pondent que sur (ou sous) les feuilles d'ortie exposées au soleil, plus riches en éléments nutritifs. Mais l'ortie s'accommode bien de l'ombre. C'est également une plante exigeante en eau, surtout au début de sa croissance. D'ailleurs, à l'état sauvage, on rencontre souvent les orties au bord des cours d'eau.

 

En fait, tout dépend de l'espèce concernée.

La grande ortie (Urtica dioïca) supporte mieux l'ombre, où elle peut atteindre 2 mètres de hauteur, avec des feuilles de la taille d'une main de femme ; à condition qu'elle trouve un sol suffisamment riche et humide. On la rencontre souvent dans les clairières et sous-bois, même si elle est plus vigoureuse au soleil.

 

Planche botanique de grande ortie

Originaire de l'Europe du nord, la grande ortie se rencontre dans la majeure partie du monde, hormis les zones glacées ou désertiques.

 

La petite ortie ou ortie brûlante (Urtica urens) - plus rare en France - parasite fréquemment les cultures maraîchères, où elle peut devenir un fléau. Les légumes lui assurent une couverture au sol qui maintient l'humidité et elle détourne la fumure du sol à son profit. Seules les céréales arrivent à s'en sortir grâce à leur hauteur supérieure.

 

Petite ortie (Urtica urens)

Ces dernières années, la petite ortie s'est développée dans le nord de la Scandinavie et dans les pays anglo-saxons.

 

Préférant nettement le soleil, les autres orties européennes ont colonisé le bassin méditerranéen. Il s'agit de l'ortie romaine (U. pilulifera), de l'ortie à membranes (U. membranacea) et de U. atrovirens, une espèce corse à larges feuilles boursouflées.

 

Toutes les orties apprécient beaucoup le fumier, en particulier de volaille et de mouton. Comme les ovins ne consomment pas l'ortie fraîche, celle-ci peut envahir les pâtures. Dans ce cas, il suffit de faucher les orties pour en faire un aliment de premier choix. En effet, tous les herbivores en raffolent une fois qu'elle a séché 8 ou 10 heures. Ils connaissent instinctivement sa haute valeur nutritive.


Pour ceux qui veulent se débarrasser de la grande ortie, il faudra répéter le fauchage au moins 3 fois par an. Au bout de 2 ou 3 ans, l'ortie affaiblie finira par disparaître.

En ce qui concerne la petite ortie, les choses sont beaucoup plus compliquées. Car, une fois qu'elle a trouvé un terrain qui lui convient, elle est pratiquement indélogeable, les graines se ressemant et pouvant germer plusieurs années après. Le mieux est encore de procéder à des sarclages précoces exigeants en main d'oeuvre.

 

L'ortie étant par ailleurs riche en fer, elle apprécie également les rails de chemins de fer et la proximité des vieilles ferrailles (carcasses de voitures, machines agricoles etc). En fait, elle a un rôle d'éboueur, en transformant le fer minéral en fer végétal, qui, lui, est assimilable par l'homme.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans Biodiversité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact