Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 03:30

 

On l'attendait depuis 2006, le décret réglementant définitivement l'usage des préparations à base de plantes comme le purin d'ortie est paru au J.O. du 25 juin 2009, sans aucune publicité du gouvernement.
Après deux ans et demi de négociations avec le ministère de l'Agriculture, on espérait un assouplissement de la loi sur les autorisations de mise sur le marché, avec une réglementation adaptée aux préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) comme les purins d'ortie, de prêle, de consoude et de fougère.

Peine perdue, sous prétexte d'harmonisation européenne, on assiste au contraire à un durcissement de la loi par rapport au "Grenelle 1" voté par le parlement en février 2009 à grand renfort de pétition. Le nouveau décret impose en effet une procédure longue et coûteuse, qui a été conçue pour des produits chimiques de synthèse et qui est totalement inadaptée pour les préparations naturelles. Cela, alors même que les autres pays européens, qui appliquent les directives européennes n°91/414/CE et 98/34/CE font une exception pour les préparations à base de plantes.
Le gouvernement a donc choisi la ligne dure, celle de l'affrontement avec tous ceux qui veulent pouvoir utiliser des produits phytosanitaires sans danger. En somme, on revient trois ans en arrière, comme si rien ne s'était passé.

Les mots de Fabrice Nicolino et François Villerette écrits en 2007 dans Pesticides, révélations sur un scandale français (éd. Fayard) résonnent lourdement dans ce contexte :
" L'histoire des pesticides en France est un scandale absolu. L'Etat et ses services ont failli, dans un incroyable enchevêtrement d'irresponsabilités, de connivences et de complicités avec l'industrie et ses agents de propagande. Le ministère de l'Agriculture est devenu le quartier général de ce qu'il faut bien nommer une entreprise de contamination généralisée. "
... " Le scandale des pesticides, en France, marque à coup certain une terrible corruption de l'idée publique, du service public, une régression angoissante. Des hommes et des femmes au service de la République - la res publica, la chose publique - ont ouvertement préféré servir les intérêts privés. Et ils continuent de le faire sans état d'âme. C'est une horreur, c'est un désastre. "

On sait que les lobbies de l'industrie chimique et pharmaceutique sont puissamment implantés aux ministères de l'Agriculture et de la Santé, qu'ils gèrent en fonction de leurs propres intérêts. On vient d'avoir récemment deux confirmations de la dépendance du gouvernement français à l'égard de cette industrie.

   1)  L'achat de 94 millions de doses de vaccin contre la grippe A pour un montant de 879 millions d'Euros (sans compter les  34 millions de doses en option) est non seulement une mesure au coût exorbitant, mais dont l'efficacité reste très aléatoire. Car lorsque le vaccin sera disponible à l'automne, le virus pourrait bien avoir muté, rendant la vaccination inefficace ... et dangereuse. Les vaccins contiennent en effet de nombreuses substances toxiques (liste non exhaustive répertoriée par le magazine Pratiques de Santé n° 92 de juillet-août 2009) :
  • Aluminium : responsable de dommages cérébraux et suspecté d'être à l'origine de la maladie d'Alzheimer, de certaines démences. [En fait, il semble que le vaccin contre la grippe soit l'un des rares vaccins ne contenant pas d'aluminium].
  • Sulfate d'ammonium : suspecté d'attaquer le foie, le système gastro-intestinal, le système nerveux.
  • Levures génétiquement modifiées.
  • ADN bactérien ou viral d'animaux : substances qui peuvent se combiner à l'ADN des vaccinés et entraîner des mutations génétiques inconnues.
  • Formaldéhyde : cancérogène impliqué dans les leucémies, les cancers du cerveau, du colon, etc.
  • Mercure : une des substances les plus dangereuses, même à petites doses, pour causer des dommages au cerveau.
  • Phénol : utilisé comme antigel, il peut dérégler le système immunitaire.
Tout cela pour traiter une maladie moins dangereuse qu'une simple grippe hivernale. Autant essayer de tuer une mouche avec un marteau. On feint d'ignorer que la véritable réponse réside dans le renforcement des défenses immunitaires de l'organisme et que des plantes efficaces existent, comme l'échinacée. On préfère intoxiquer les gens avec des médicaments dangereux et inutiles, qui rendent la population affaiblie et plus facile à manipuler, en agitant le spectre d'une pandémie comme un épouvantail. Si pandémie il y a, elle sera due à un croisement du virus H1N1 avec d'autres souches, comme celle de la grippe aviaire et ce n'est pas un vaccin qui sauvera la population. Mais on a habitué les gens de longue date à ce type de médication et nul doute qu'ils courront en masse se faire vacciner chez leur médecin à l'automne, surtout s'il y a une grande campagne de publicité dans les médias.

   2)  Le nouveau décret aboutissant de facto à une interdiction de la commercialisation des préparations à base de plantes laisse le champ libre à l'industrie chimique, qui commençait à subir une érosion de ses ventes devant le succès des préparations naturelles auprès des particuliers, agriculteurs bio et collectivités.
On n'a désormais plus le choix qu'entre déverser des pesticides cancérigènes sur nos cultures, augmentant la pollution déjà importante des eaux fluviales et souterraines, ou bien faire son purin d'ortie soi-même, avec un résultat aléatoire, si la fermentation et le filtrage ne sont pas bien conduits.
Il faut savoir que les préparations naturelles à base de plantes sont parfois les seules alternatives efficaces dans certaines maladies cryptogamiques, comme  le phytophtora, plus connu sous le nom de mildiou, qui affecte la pomme de terre, mais aussi les résineux ou les plantations d'ananas, les années avec alternance de périodes sèches et humides.
Un producteur de purin d'ortie va-t-il prendre le risque financier de faire une demande d'homologation pour ses produits (une demande par produit), ce qui doublerait leur prix de revient, alors que les commissions d'homologation sont entièrement contrôlées par les fabricants de produits chimiques et peuvent refuser l'inscription pour d'obscures raisons ?

Comme on le voit, on est arrivé à un point de blocage et la pression commence à monter. On dit souvent que les français ne savent s'affirmer que dans la confrontation. Mais on a ici affaire à un gouvernement qui, après avoir fait mine de dialoguer pendant deux ans, adresse un formidable pied-de-nez aux 20 % d'électeurs qui ont voté écologiste aux dernières élections européennes (en cumulant les deux listes, Europe Ecologie : 16,28 % des votes + Alliance Ecologiste Indépendante : 3,63 %, soit exactement 19,91 % des suffrages exprimés).
La démocratie est bafouée !


A propos de vaccination et de grippe A, nous vous recommandons de lire les récents articles de Pryska Ducœurjoly et de Sylvie Simon dans le n° 64 de NEXUS (septembre-octobre 2009). C'est édifiant !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ISISRET - dans L'ortie et la loi
commenter cet article

commentaires

tashi 06/08/2009 15:40

Money, money, money.....

Présentation

  • : URTICAMANIA
  • URTICAMANIA
  • : LES VERTUS DE L'ORTIE Tribune libre concernant l'ortie sous tous ses aspects : histoire, environnement, alimentation, santé, informations pratiques...
  • Contact